Nucléaire iranien : l'UE envisage de nouvelles sanctions

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Localisation de l'Iran
Drapeau européen

12 décembre 2009. – L'Union européenne se propose de durcir les sanctions contre l'Iran, ont annoncé vendredi à RIA Novosti des sources diplomatiques au sommet européen se tenant à Bruxelles.

Les 27 entendent accorder sept semaines à Téhéran pour qu'il revienne sur la table des négociations en ce qui concerne son dossier nucléaire. Dans le cas contraire, l'UE envisagera un durcissement des sanctions contre l'Iran.

Réunis mardi dernier à Bruxelles, les chefs de diplomatie des pays de l'UE ont exprimé leur préoccupation face à l'absence de tout progrès aux négociations sur le programme nucléaire iranien. La déclaration approuvée par les ministres européens des Affaires étrangères portait sur l'éventuelle adoption de « mesures appropriées » au cas où l'Iran continuerait de ne pas coopérer avec la communauté internationale et bloquerait les négociations sur son programme nucléaire.

Le 29 novembre dernier, les autorités iraniennes ont déclaré leur intention de construire dix nouvelles usines d'enrichissement d'uranium, ce qui a provoqué de vives réactions de la part de plusieurs pays occidentaux, les États-Unis en tête, accusant l'Iran de « vouloir créer l'arme atomique sous couvert d'un programme nucléaire ». Aussi ont-ils parlé de nouvelles sanctions à l'encontre de Téhéran.

Néanmoins, la Russie, de son côté, estime toujours que les sanctions ne constituent pas un moyen efficace de pression sur l'Iran, que le potentiel des négociations sur le dossier nucléaire iranien n'est pas encore épuisé et que les six puissances chargées du dossier nucléaire iranien — Chine, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne — devraient faire preuve de davantage de persévérance dans la recherche d'un compromis.

L'Iran est déjà visé par quatre résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, dont trois assorties de sanctions, pour son refus de suspendre l'enrichissement d'uranium, officiellement à des fins civiles, ce que mettent en doute les grandes puissances mondiales.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Nucléaire iranien: l'UE envisage de nouvelles sanctions (diplomates) » datée du 11 décembre 2009.

Source