Nucléaire : Téhéran prêt à acheter de l'uranium enrichi en Chine

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Programme atomique de l'Iran

26 octobre 2009. – Téhéran est prêt à coopérer avec Pékin dans le domaine de l'achat et des livraisons d'uranium enrichi pour un réacteur de recherches de Téhéran, si la partie chinoise accepte cette coopération, a déclaré le chef de la diplomatie iranienne Manouchehr Mottaki lundi lors d'une conférence de presse.

« La Chine est pour l'Iran un pays très important qui peut produire de l'uranium enrichi. Si la partie chinoise est prête à négocier sur les livraisons d'uranium enrichi, l'Iran sera disposé à coopérer », a dit M. Mottaki.

Evoquant le bloc d'initiatives de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur les livraisons d'uranium pour le réacteur de recherches de Téhéran, le ministre a annoncé que « ce bloc était actuellement examiné et que Téhéran donnerait prochainement sa réponse ».

Le 21 octobre, le directeur général de l'AIEA, Mohamed El Baradei, a fait savoir qu'il avait remis les initiatives de l'AIEA aux représentants de l'Iran, de la France, de la Russie et des États-Unis.

Selon une source de RIA Novosti au sein de l'AIEA, ces initiatives prévoient l'utilisation, en qualité de matière première pour la fabrication du combustible, de 1 200 kilos d'uranium faiblement enrichi provenant du site de Natanz. Cet uranium sera envoyé en Russie pour subir un enrichissement supplémentaire avant d'être réexpédié en France qui en fabriquera des barres de combustible.

La Russie, la France et les États-Unis ont déjà approuvé les propositions de l'AIEA.


Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Nucléaire: Téhéran prêt à acheter de l'uranium enrichi en Chine (diplomatie) » datée du 26 octobre 2009.

Sources


    Pages
  • Page Iran de Wikinews « Iran »
  •  
  • Page Chine de Wikinews « Chine »
  • de Wikinews.