Missile nord-coréen : une interception entraînerait une riposte de Pyongyang

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

1er avril 2009. – Pyongyang a menacé Tokyo de porter une frappe militaire puissante au cas où le Japon abattrait le porte-satellite nord-coréen, a annoncé mardi l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

« Si le Japon se livre à une provocation et abat notre missile, les forces armées de la République populaire et démocratique de Corée y verront un grave écho de la Seconde guerre mondiale menée par les militaristes japonais plus de soixante ans après sa fin. La RPDC répondra par des procédés militaires puissants », lit-on dans une déclaration de la KCNA citée mercredi par les médias chinois.

L'agence souligne que « la partie japonaise a occupé une position ferme en ce qui concerne le tir du missile nord-coréen dans le but de torpiller les négociations à six (sur le problème nucléaire de la Péninsule de Corée), de reporter le processus de dénucléarisation de la Péninsule et de justifier ses ambitions nucléaires ».

Mercredi, Pyongyang a fait également savoir sa résolution d'abattre tout avion américain qui violerait l'espace aérien nord-coréen pour suivre le tir prévu du missile nord-coréen.

La veille, les autorités nord-coréennes ont annoncé une brusque augmentation ces derniers temps du nombre de vols de l'aviation de reconnaissance américaine dans la zone démilitarisée séparant les deux États coréens formellement en état de guerre depuis la fin des opérations de 1950-1953. La reconnaissance américaine accorde une attention soutenue à la zone où est située la rampe depuis laquelle la Corée du Nord projette de lancer dans les jours à venir un satellite de télécommunications.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Missile nord-coréen: une interception entraînerait une riposte de Pyongyang » datée du 1 avril 2009.

Sources