Mgr Genoud demande pardon aux victimes de prêtres pédophiles

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

2 février 2008. – À la suite de la révélation de plusieurs affaires de pédophilie dans son diocèse lors de ces derniers mois, l'évêque de Genève, Lausanne et Fribourg, Monseigneur Bernard Genoud, a tenu une conférence de presse à Fribourg pour prendre position et demander pardon aux victimes.

Lors de cette intervention qui est la première sur ce sujet depuis le mois de décembre 2007 lorsque la première affaire avait été révélée et que la revue catholique française Golias s'en était violemment prise au diocèse suisse, l'évêque s'est déclaré bouleversé devant les descriptions des victimes et a souligné le devoir de l'église à leur demander pardon « pour les manques de transparence, de clarté, de communication, voire de courage qui ont pu conduire, malheureusement, à des récidives ». Il a expliqué son propre silence en mettant en avant le rôle de l'official du diocèse, l'abbé Nicolas Betticher, en charge des questions juridiques et judiciaires qui est intervenu à sa demande ainsi que par le traitement de chimiothérapie qu'il suit actuellement.

Parmi les mesures mises en place, Mgr Genoud a annoncé la création d'une commission pluridisciplinaire destinée à gérer ces cas, dont la présidente est la fribourgeoise Françoise Morvant, ancienne juge d'instruction. Cette commission aura la mission d'enregistrer toutes les informations en rapport avec d'éventuels abus sexuels commis dans le cadre de la pastorale, de les vérifier, et d'établir un rapport à l'intention de l'autorité diocésaine.

Autre nouveauté, le clergé propose maintenant systématiquement aux victimes de se présenter devant la justice civile. À titre d'exemple, l'évêque a cité la hotline récemment mise en place et qui a déjà reçu les appels de quatorze personnes dont cinq ont pris rendez-vous et deux ont été reçues pour voir leur cas transmis à la justice civile de Fribourg et Genève.

Enfin, l'évêque a évoqué l'idée d'une banque de données répertoriant les prêtres à problèmes, reprenant ainsi une idée exprimée il y a cinq ans par le pape Benoît XVI, alors encore cardinal Ratzinger. Globalement, il s'est dit favorable au renforcement de la coordination entre les banques de données existant à tous les niveaux, du diocèse jusqu'à Rome.

Sources