Martin Schulz élu président du Parlement européen

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Martin Schulz, en 2009.

17 janvier 2012. – Le social-démocrate allemand Martin Schulz a été élu au poste de président du Parlement européen par 387 voix sur les 670 suffrages exprimés. Il succède ainsi au polonais Jerzy Buzek pour un mandat de deux années et demi. Cet homme de 56 ans n'est pas étranger de l'institution puisqu'il y est eurodéputé depuis 1994 et président du groupe socialiste depuis 2004.

Martin Schulz accuse les gouvernements de prendre des décisions à « huit-clos » dénigrant par ce biais le rôle du Parlement européen, renforcé depuis l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne. Sur ce point, « il a raison d'avoir une vision ambitieuse du rôle du Parlement européen », relève le président de la Commission européenne José Manuel Barroso.

Jerzy Buzek assurait hier sa dernière session plénière au perchoir du Parlement européen. Il aura occupé le poste durant deux ans et demi. Il continuera de siéger au Parlement dans le groupe du PPE[1] jusqu'aux prochaines élections européennes en 2014. Les deux autres candidats étaient la libérale britannique Diana Wallis et Nirj Deva, conservateur eurosceptique lui aussi britannique.

Le nouveau président est plutôt bien accueilli par les chefs des différents groupes politiques du Parlement et a également reçu le soutien de José Manuel Barroso. Mais il est aussi critiqué comme par cette député britannique eurosceptique, Nigel Farage, qui affirme que « seule une République bananière ou un pays du Tiers-Monde voudrait [de Martin Schulz] comme président ».

L'élection a eu lieu en vertu d'un accord tacite entre les deux principaux groupes politiques du Parlement, le PPE et S&D[2], qui se partagent la présidence de l'institution, à mi-mandat. « L'accord tacite qui permet d‘élire le président du Parlement européen est devenu rigide : d'abord toi, puis moi, puis toi, puis moi. Et puisqu'il s'est institutionnalisé, on se demande pourquoi on a encore besoin de règles pour cette élection, vu qu'on a déjà cet accord de principe », déplore l'ancienne candidate Diana Wallis. « Nous sommes une démocratie. On doit donc avoir des élections. Mais c'est parce que je me suis présenté contre lui, que M. Schulz a pu être élu démocratiquement en tant que président du Parlement européen » condamne quant à lui le conservateur Nirj Deva, qui était lui aussi candidat à la présidence.

Notes

Sources



  • Page Union européenne de Wikinews Page « Union européenne » de Wikinews. L'actualité de l'Union européenne dans le monde.