Louise Arbour va quitter son poste de défenseur des droits de l'Homme

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Portrait de Louise Arbour.

8 mars 2008. – La Canadienne Louise Arbour, actuelle Haut Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, a annoncé au secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies puis devant le Conseil des droits de l'homme à Genève, qu'elle quitterait son poste fin juin à la fin de son mandat.

Bien qu'elle ait assuré aux journalistes avoir pris cette décision « essentiellement pour des raisons personnelles », beaucoup voient là le résultat des attaques parfois virulentes dont elle a été la cible, à la fois des États-Unis d'Amérique et de nombreux pays en voie de développement, en particulier ces derniers jours l'Algérie et le Pakistan, dont elle a dénoncé les violations des droits de l'homme. Elle a même déclaré « Je ne renonce pas à un second mandat à cause de ces critiques, bien au contraire: je dois me raisonner pour résister à la tentation de rester pour y faire face ». Concernant son successeur, Louise Arbour a estimé qu'il serait « très utile » qu'il soit issu d'un pays en développement, afin d'être un « miroir des attentes de toute la communauté qu'il doit servir ».

Louise Arbour avait remplacé en juillet 2004 le Brésilien Sergio Vieira De Mello, tué dans un attentat à Bagdad le 19 août 2003. Elle s'était fait connaître en particulier en mai 1999 en inculpant Slobodan Milošević de crimes contre l'humanité au Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPI) dont elle était le Procureur.

À son poste de Haut Commissaire, elle a pu améliorer la collaboration entre ses services et les missions de maintien de la paix, tout en regrettant de n'avoir pu complètement fédérer autour d'elle les différents organes de l'ONU chargés de superviser les traités et conventions en matière de droits de l'Homme. Selon elle, le débat sur la réunion entre son commissariat et le Conseil des droits de l'homme de l'ONU, source de multiples tensions ces derniers temps, ne « fait que commencer ».

Sources