Les salaires des dirigeants de l'UBS ont fortement diminué en 2007

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Office building Kaiserstrasse Offenbach.jpg
Voir aussi


Ensemble des articles sur le sujet
Voir aussi UBS sur


19 mars 2008. – Les salaires des dirigeants de la banque suisse UBS vont être réduits en moyenne de 67 % à la suite de la perte de 4,4 milliards de francs suisses enregistrées en 2007 à la suite de la crise des subprimes aux États-Unis d'Amérique. Selon le rapport de gestion rendu public mardi, les dirigeants n'ont pas obtenu d'actions l'an dernier.

Marcel Ospel, président de l'UBS, voit quant à lui sa rénumération baisser de 90 % par rapport à l'année précédente, soit 2,568 millions de francs suisses, dont un salaire de base de deux millions de francs suisses contre 26,6 millions de francs suisses en 2006. En décembre déjà, il avait annoncé ne pas toucher de bonus en raison des pertes enregistrées. En outre, le rapport indique que le président dispose d'un crédit hypothécaire de 11 millions de francs suisses.

En 2007, la rémunération la plus importante sera versée au britannique Rory Tapner, le responsable des affaires pour l'Asie et le Pacifique, pour un montant de 10,3 millions de francs suisses. Parmi les autres dirigeants, Stephan Haering, vice-président du conseil d'administration de l'UBS, a touché 1,9 million de francs, alors que Marco Suter, chef des finances du groupe bancaire depuis l'année passée, a reçu 1,4 million.

La banque va également devoir débourser entre 2008 et 2009 près de 93 millions de francs suisses pour financer les départs de Peter Wuffli, Clive Standish et Huw Jenkins, qui ont tous quitté la direction lors du deuxième semestre 2007. Ces montants couvrent les salaires annuels des trois dirigeants ainsi que des indemnités pour 33 millions de francs suisses.

À titre de comparaison, Daniel Vasella, le président de Novartis, n'a touché au total que 17 millions de francs en 2007 contre 21 millions en 2006, alors que Franz Humer, le président de Roche a touché 21,6 millions de francs et Peter Brabeck-Letmathe, le président de Nestlé en a gagné 17,4 millions.

Sources