Les clubs français et anglais boycotteront la Coupe d'Europe de rugby l'an prochain

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
thumbs
Informations générales


Articles sur Wikipédia

6 avril 2007. – La Ligue nationale de rugby de France a décidé de suivre son homologue anglaise en décidant de boycotter, l'an prochain la coupe d'Europe de rugby.

L'absence des deux plus importantes fédérations européennes est un coup très rude pour la compétition qui sera donc mise en sommeil pour la saison 2007-2008.

Le litige tire sa source sur les modifications des règles de fonctionnement de la Coupe d'Europe qui sont cours de négociation. Elles tendaient à faire entrer les clubs français, anglais et italiens dans le capital de l'ECR. Les clubs exigeaient une participation de 50% des actions et des droits de vote au sein de l'ERC. Or, la FRU (Fédération anglaise de rugby) a fait obstacle à ces pourparlers, ce qui a occasionné la colère des deux ligues en question.

Par ailleurs, la FRU avait menacé de trainer en justice les clubs anglais qui refuseraient de participer l'an prochain à la compétition. Peu de temps après elle s'est ravisée mais a persisté dans son refus de céder la moindre part aux clubs d'Outre-Manche. Cette intransigeance les a donc mené à suivre la décision de boycott de la LFR.

La Fédération française de rugby à XV (FFR) avait proposé de céder la quasi-totalité de ses parts à la ligue soit 15,66% et la minorité de blocage. Cette dernière a, cependant, confirmé sa non-participation à la compétition. Serge Blanco avait pris acte des intentions louables de la fédération, mais ne se faisait guère d'illusion sur une possible remise en question de tels accords. « Avoir ces 15% sur un prêt de deux ans, cela reporte uniquement le problème dans deux ans. Cela ne représente rien pour nous, sauf une preuve de la compréhension et de la complicité de notre Fédération. Il faut se poser les bonnes questions. Il n'y a pas de raisons que la Fédération nous lâche de l'actionnariat et que les Anglais fassent un pas en arrière, alors qu'ils étaient d'accord pour le faire dans un premier temps. Cela veut peut-être dire qu'il y a anguille sous roche. »

L'intéressé avait demandé, en outre, la reconnaissance des clubs de la part des instances européennes du rugby et a fait part de son sentiment d'être trahi par les instances internationales.

Sources

  • ((fr)) –  « Les clubs français disent non à l'Europe ». Ouest-France, page 306 avril 2007.