Les Taliban prétendent avoir exécuté l'interprète afghan de Daniele Mastrogiacomo

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Localisation de l'Afghanistan
Localisation de la province de Helmand

8 avril 2007. – Un porte-parole du mollah Dadullah, l'un des principaux chefs des Taliban en rébellion contre le gouvernement de l'Afghanistan, a annoncé, dimanche 8 avril 2007, que le journaliste afghan Adjmal Naqshbandi, âgé de 23 ans, qui avait servi d'interprète au journaliste Italien Daniele Mastrogiacomo, enlevé le 5 mars et libéré le 19, avait été exécuté ce jour, en raison du refus des autorités afghanes de procéder à un échange de prisonniers.

Selon les informations dévoilées, le journaliste afghan aurait été décapité quelque part dans le district d'Hazar Joft, situé dans la province de Helmand, au Sud du pays. Des sources policières afghanes auraient confirmé lma véracité de la mort du journaliste, selon un diplomate occidental.

Daniele Mastrogiacomo, son interprète Adjmal Naqshbandi et leur chauffeur Syed Agha avaient été enlevés par les Taliban le 5 mars, et le chauffeur avait lui-même été décapité sous les yeux du journaliste italien le 16 mars, leurs ravisseurs ayant accusé cette première victime d'« espionnage au profit des troupes étrangères ».

La libération de M. Mastrogiacomo avait déclenché de vives polémiques, tant en Italie qu'en Afghanistan, le journaliste italien ayant apparemment été relâché en échange de la libération de cinq militants Taliban. M. Mastrogiacomo avait lancé un appel aux autorités afghanes pour qu'elles consentent à l'échange de prisonniers proposé par les Taliban, mais le président Hamid Karzaï, confronté à de vives critiques sur cette question, avait exclu tout nouvel accord avec les Taliban.

Cette exécution a été vivement condamnée :

La mort du journaliste afghan ravive l'inquiétude des Occidentaux sur le sort qui pourrait être réservé à deux ressortissants français et à leurs accompagnateurs afghans. Un autre porte-parole des Taliban a indiqué, dimanche, que le cas des deux volontaires de l'ONG Terre d'enfance et de leurs trois accompagnateurs afghans était toujours en cours d'examen. Les cinq otages, dont l'identité n'a pas été révélée, avaient été enlevés mardi 3 avril dans la province voisine de Nimrôz et auraient été transférés entre temps dans celle de Helmand.

Les Italiens, toujours en laison avec l'affaire Mastrogiacomo, s'inquiètent également du sort réservé au ressortissant afghan Rahmatullah Hanefi, directeur du personnel en Afghanistan de l'ONG italienne Emergency, lui-même détenu par les Taliban.

Sources

Sources anglophones
Sources francophones

Article connexe