Le Québec se relève d'une tempête extrêmement violente

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher
La ville de Montréal (ici la place d'Youville) est sous la neige.

9 mars 2008. – L'est canadien a essuyé ces deux derniers jours la tempête la plus violente des dix dernières années. La métropole, Montréal, est restée paralysée après une chute de plus d'une trentaine de centimètres de neige. L'aéroport international Montréal-Trudeau a annulé plus de 200 vols alors que différentes commissions scolaires annonçaient un prolongement du congé de la semaine de relâche dû aux conditions climatiques.

Le sud du pays n'est pas en reste ; les régions de Gatineau et de la péninsule du Niagara ont reçu plus de 50 cm de neige. L'aéroport international Pearson de Toronto a été forcé d'annuler environ 300 vols.

À travers la province, les services de police sont aux abois. Des motoneigistes ont répondu à l'appel de la Sureté du Québec pour venir en aide aux citoyens bloqués sur les routes. Des vents de 96 km/h ont causé, par la poudrerie engendrée, des centaines de sorties de routes. Environnement Canada estime à 80 le nombre de routes fermées, notamment les autoroutes 20 et 40. Les pannes de courant ont culminé dimanche où Hydro-Québec a dénombré près de 87 000 foyers privés d'électricité. Des dizaines de milliers d'abonnés du câblodistribueur Vidéotron sont également privés de service.

La huitième tempête de l'hiver rapproche de plus en plus le Québec du record historique de 1965-1966, soit une accumulation de 458 cm. À Québec, l'écart n'est plus que de 7 cm.

Sources