Le FBI ouvre un bureau permanent au Salvador pour aider les polices de cinq pays d'Amérique centrale

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

3 mai 2005. – Le FBI a ouvert un bureau permanent au Salvador pour aider les polices de cinq pays d'Amérique centrale (Costa Rica, Guatemala, Honduras, Nicaragua et Salvador) dans leur lutte contre la criminalité grandissante, plus particulièrement les bandes de jeunes inspirées des gangs américains, qui menaceraient la stabilité sociale de ces pays.

L'annonce de l'ouverture de ce bureau a été faite mardi 3 mai 2005 par le président salvadorien, Tony Saca, qui a indiqué qu'il avait été mis en place à la fin du mois d'avril à San Salvador, la capitale salvadorienne, à la suite de discussions bilatérales avec la secrétaire d'État américaine, Condoleezza Rice.

Le problème des gangs de jeunes semble d'autant plus aigu dans la région qu'il est compliqué par une immigration illégale aux États-Unis et que l'on estime que, rien que pour l'année 2004, 20 000 immigrés clandestins auraient été expulsés des États-Unis vers le Guatemala, le Honduras et le Salvador, après avoir été membres d'un gang criminel sur le territoire américain.

Cette nouvelle forme de criminalité s'était manifestée spectaculairement l'an dernier au moment de Noël, lorsqu'un gang de ce genre avait tué 28 passagers dans un autobus au Honduras et laissé sur place un message de défi à la classe politique qui a déclaré la guerre à la criminalité.

En outre, par-delà les frontières, il semble que les gangs soient désormais ramifiés à la fois dans le pays d'origine et sur le territoire même des États-Unis. Un gang d'origine salvadorienne, le Mara Salvatrucha, serait ainsi en passe de devenir le principal gang dans la région de Los Angeles, où il commencerait à se créer des « succursales » dans les petites villes environnantes, à mesure qu'il parvient à enrôler de nouveaux immigrés clandestins originaires du Salvador, selon des déclarations faites au Washington Times par Robert Clifford, directeur au FBI de la « MS-13 National Gang Task Force ».

Sources