Larousse lance une encyclopédie en mode semi-collaboratif

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Larousse du XIXe en 7 volumes.

13 mai 2008. – Alors que Wikipedia prépare pour septembre la publication en Allemagne d'une version papier de certains articles, les éditions Larousse mettent aujourd'hui en ligne leur encyclopédie, qui s'appuie en partie sur les contributions des internautes. Sur encyclopedie-larousse.fr, les internautes peuvent accéder à 150 000 articles, 7 000 événements chronologiques et 10 000 images en accès libre. Ces articles ne seront pas modifiables par les internautes mais doivent servir de référence et de point d'ancrage dans le modèle participatif que tente de bâtir Larousse.

Les visiteurs, après inscription, pourront en revanche rédiger leurs propres articles sur les sujets qu'ils maîtrisent. Mais seul l'auteur d'un article pourra ensuite modifier ce qu'il a écrit. Les autres internautes ne pourront que commenter et noter le texte, contrairement à ce qui se pratique sur Wikipedia.

Après inscription, chaque internaute dispose d'un espace personnel avec fiche d'identité, messagerie, alertes thématiques, newsletter, le tout présenté sous forme de widget.

Pour chaque recherche, les informations Larousse et celles proposées par des utilisateurs cohabitent sur la même page et sont répertoriées selon leur couleur: le contenu officiel de l'encyclopédie apparaît dans un cadre orange à la gauche de l'écran, les ajouts des membres sont placés à droite dans un cadre violet. Pas de hiérarchisation selon la provenance, donc, mais une cohabitation des données.

Cette annonce intervient dans un secteur où les projets d'encyclopédie en ligne sont nombreux : Google prépare Knol, une base encyclopédique participative financée par la publicité, et les Dictionnaires Le Robert préparent leur propre encyclopédie en ligne. Larousse espère attirer les contributions de qualité et, à terme, s'imposer dans la bataille des encyclopédies en ligne.

Sources