La mozzarella italienne retirée de la vente en France

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Des boulettes de mozzarella.

28 mars 2008. – Dans un communiqué, Michel Barnier, le ministre français de l'agriculture, a demandé vendredi aux commerçants de retirer des rayons la mozzarella au lait de bufflonne de la région de Campanie, en Italie après que ce produit se fut « révélée contaminée par de la dioxine » et que 83 élevages de buffles eurent été mis sous surveillance par les autorités sanitaires italiennes après la découverte, dans une vingtaine de fromageries recevant leur lait, de taux de dioxines légèrement supérieurs au seuil toléré. La Corée du Sud et le Japon ont, pour leur part, interdit totalement l'importation de la "mozzarella di bufala".

Cette demande, prise par application du principe de précaution, restera valable jusqu'à ce que les résultats des analyses faites sur ces lots soient communiqués. Elle fait suite aux doutes exprimés par la Commission européenne « sur les mesures prises par les autorités italiennes pour garantir la qualité des produits commercialisés ». Plus tôt dans la soirée, la commission avait jugé que les mesures prises jusqu'alors par les autorités pour circonscrire le phénomène étaient insuffisantes.

De son côté, Massimo d'Alema, le ministre des Affaires étrangères italien a déclaré à Naples que le gouvernement allait prendre immédiatement les mesures demandées par l'Union européenne visant à retirer du marché la mozzarella susceptible d'être contaminée à la dioxine. Selon le ministre, « il s'agit d'un phénomène limité », et « aucun des produits présentant des irrégularités n'a été exporté ». Les autorités de la région de Naples ont annoncé jeudi soir déjà la levée de séquestre pour 11 des 83 élevages concernés.

Mercredi déjà, Paolo De Castro, le ministre italien de l'Agriculture avait réfuté tout lien entre cette contamination et les décharges clandestines d'ordures et de déchets de la région, tout en précisant que la mozzarella labellisée "Dop", équivalent italien de l'AOC, n'était pas concernée.

Sources