La langue française serait issue de l'italien

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

4 novembre 2007. – Selon un linguiste bordelais, Yves Cortez, le français ne viendrait pas du latin mais de l'italien. Dans un livre paru aux éditions L'Harmattan[1], l'intéressé développe cette thèse particulièrement révolutionnaire. Ingénieur urbaniste, Yves Cortez parle 8 langues vivantes, puis a étudié le grec, le latin et l'hébreu.

Selon l'intéressé, « faute d'avoir été écrit, cet italien ancien restera un mystère. ». Dans une interview accordée au quotidien Le Bien Public, il justifie cette position à cause « de la criante discontinuité qu'il y a entre le latin et les langues romanes ». Il ajoute « qu'aucune n'a évolué si radicalement. Ainsi le grec en vingt-cinq siècles, a tout gardé du grec ancien, l'arabe est peu ou prou le même que celui du Coran, et nous pouvons lire notre français ancien dans le texte… pourquoi le latin ferait-il exception ».

Selon Yves Cortez, deux peuples devaient donc coexister, l'un latin l'autre italien. Ce dernier serait devenu « progressivement prédominant et les Romains sont devenus bilingues ». Il soulève un point important en ce qui concerne les langues romanes, s'étonnant que le latin ne leur ait transmis «  ni sa syntaxe, ni sa grammaire, ni son vocabulaire courant ».

L'auteur enfonce le clou en arguant que « lorsqu'on remonte dans le temps depuis le français et en direction du latin, on trouve autre chose que du latin. Personne n'a osé passer le pas en affirmant qu'il s'agissait carrément d'une autre langue, qui a tout de l'italien. » pour en conclure que « notre étymologie est entièrement tronquée pour ne pas dire truquée ».

Notes

Sources

  • ((fr)) – Joséphine Bataille« Le Français ne devrait rien au latin… mais tout à l'italien. ». Le Bien public, page 44 novembre 2007.