La Russie obtient la fermeture de la base US à Manas

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher
Dmitry Medvedev official large photo -8 brightly.jpg
Voir aussi


Ensemble des articles sur le sujet
Voir aussi Dmitri Medvedev sur


4 février 2009. – Les négociations au Kremlin entre les présidents de la Russie et du Kirghizstan ont abouti au résultat ardemment souhaité par Moscou. Kourmanbek Bakiev a annoncé la fermeture prochaine de la base aérienne américaine de Manas, lit-on mercredi dans les quotidiens Gazeta.Ru et Gazeta.

En récompense, la Russie a garanti au Kirghizstan l'octroi d'un crédit avantageux de 2 milliards de dollars, une aide désintéressée de 150 millions de dollars. La Russie a également entièrement annulé la dette kirghize de 180 millions de dollars

Expliquant sa décision, Kourmanbek Bakiev a déclaré que l'Amérique n'avait pas rempli les conditions financières posées par le Kirghizstan à la présence de la base et que son fonctionnement avait provoqué une résonance négative au sein de la société. Dmitri Medvedev a laissé entendre qu'il était prêt, malgré le départ des Américains, à poursuivre la coopération sur l'Afghanistan.

Selon Vladimir Evseïev, chercheur à l'Institut d'économie mondiale et des relations internationales (IMEMO), « il n'arrivera rien d'extraordinaire » pour les États-Unis, les Américains « devront mettre l'accent sur le transit via le Pakistan ». « Les variantes de déplacement de la base au Kazakhstan ou en Ouzbékistan sont également possibles », a déclaré l'expert.

De l'avis de Vitali Chlykov, membre du Conseil social auprès du ministère de la Défense, la fermeture de la base peut avoir pour conséquence l'arrêt du programme des États-Unis en Afghanistan, ce qui est contraire aux intérêts de la Russie : « Certes, la présence des États-Unis dans n'importe quelle région de l'Est est désavantageuse pour la Russie, mais, du point de vue de la sécurité, c'est bien moins désagréable que le renforcement des talibans ».

Le prix de la décision du Kirghizstan est très élevé pour la Russie. La somme totale du crédit à Bichkek sera de 2 milliards de dollars, dont 1,7 milliard constituent des investissements dans la construction de la centrale hydro-électrique de Kambaratin et l'achat des équipements (un accord spécial a été signé sur cette centrale), ainsi que 300 millions de dollars en tant que crédit (pour 40 ans à 0,75 % d'intérêt annuel) destiné à soutenir le système financier.

En outre, la Russie a entièrement radié la dette kirghize de 180 millions de dollars. Elle a été partiellement remboursée par des marchandises. 48 % des actions de l'entreprise Dastan spécialisée dans la production d'armes maritimes et de moyens techniques spéciaux pour les sous-marins reviendront à la Russie : le vice-premier ministre Igor Setchine a mené la semaine dernière des pourparlers à ce sujet à Bichkek.

Bichkek a également reçu les garanties d'une aide désintéressée de 150 millions de dollars. Le pays traverse une crise économique douloureuse : en 2008, l'inflation a atteint 22,5 %, en juin 2007, la dette extérieure a constitué 3 milliards de dollars, un coup dur a été apporté à l'économie du Kirghizstan par le Turkménistan qui a presque doublé le prix de son gaz.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  La Russie a obtenu la fermeture de la base US à Manas (Gazeta.Ru/Gazeta) » datée du 4 février 2009.

Sources