La Russie envisage de construire des navires de débarquement français

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

27 août 2009. – Le contrat portant sur l'achat d'un navire de débarquement universel français de type Mistral et de sa licence de construction pourrait être conclu avant la fin de l'année, a fait savoir mercredi en Mongolie le chef de l'État-Major général des Forces armées russe, le général Nikolaï Makarov. Pour l'instant, il s'agit d'un seul bâtiment, mais il est prévu de produire une série de 4 à 5 navires. Le groupe DCNS (Direction des Constructions Navales Services) qui construit ces navires est disposé à accorder à la Russie la licence de construction des Mistral, a indiqué Arnaud Kalika, rédacteur en chef du bulletin militaire stratégique TTU, mais le premier navire sera acheté à la France. La Marine de guerre française a reçu deux navires de ce genre, un autre, en construction, sera vendu à la Russie, lit-on jeudi dans le quotidien Vedomosti.

Le projet de ce navire peut nécessiter un changement, estime Arnaud Kalika : dans sa conception originelle, ce bâtiment ne tient pas compte de la nécessité de l'adapter aux eaux froides où stationne la majeure partie de la flotte russe, la France ne possède pas l'expérience du développement de tels navires.

Le prix d'un Mistral pour la Marine française dépasse 300 millions d'euros, fait savoir l'expert du Centre d'analyse des stratégies et des technologies Konstantin Makienko. Mais le coût de la construction d'un tel navire en Russie sera probablement plus élevé, car il faudra investir dans le lancement d'un projet nouveau, sans analogue dans la flotte soviétique et russe. Par conséquent, estime l'expert, la construction de 4 navires en Russie, en plus de l'achat d'un autre bâtiment en France, peut revenir à 1,5 milliard d'euros.

De toute évidence, cette somme dépasse de plusieurs fois les dépenses annuelles consacrées à la commande militaire d'État pour la construction et l'entretien des navires de surface indispensables à la Marine de guerre russe (ces dépenses ne sont pas mentionnées dans le budget). L'affectation de cette somme immense se répercutera probablement sur leur construction, constate Konstantin Makienko.

L'acquisition du Mistral est une idée sujette à controverse, non seulement parce qu'il privera la flotte russe d'argent pour des projets prioritaires, mais aussi parce la flotte russe n'accomplit pas les missions pour lesquelles il est conçu, affirme l'expert naval Mikhaïl Baranov. Dans les flottes occidentales, ces navires effectuent des opérations expéditionnaires outre-mer, étrangères à la Russie, et les navires de surface suffisent amplement à la Russie pour hisser et faire flotter son drapeau.


Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  La Russie envisage de construire des navires de débarquement français » datée du 27 août 2009.

Sources