La Nouvelle-Zélande secouée par un violent séisme

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carte du séisme, par l'USGS[1], l'institut de surveillance géologique Américain

4 septembre 2010. – Un séisme de magnitude 7,1 sur l'échelle du moment de force a frappé ce matin l'île du Sud de la Nouvelle-Zélande, provocant d'importants dégâts matériels. Selon les autorités, quelques personnes ont été blessées. À Christchurch, deuxième ville du pays, les habitants sont sortis en pyjamas dans les rues. « En tant que nation, nous avons été extrêmement chanceux de ne pas déplorer de morts » a déclaré John Carter, ministre de la Sécurité civile. De nombreuses voitures ont été écrasées, des ponts se sont effondrés et des canalisations d'eau et de gaz coupées. John Key, premier ministre, a assuré « ne pas laisser Christchurch endurer seule cette grande tragédie ».

L'état d'urgence a été décrété dans la ville par le maire qui se dit « horrifié des dégâts » et des soldats se tiennent prêt à aider les sinistrés, qui signalent d'ores et déjà des actes de pillage dans les magasins. Aussi, un couvre-feu a été imposé entre 19 h et 07 h dans le cœur de la ville.

Le précédent violent séisme dans la région s'était produit dans la région du Fjiorland le 16 juillet 2009. La Nouvelle-Zélande est située sur la « ceinture de feu » à la frontière des plaques tectoniques australienne et pacifique, provoquant de multiples secousses de faible ampleur chaque année.

Notes

Sources