La France et la Russie proposent de sécuriser les technologies employées sur les lanceurs spatiaux

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Un lanceur russe Soyouz, utilisé pour les vols habités à destination de la station spatiale internationale

29 novembre 2009. – Moscou et Paris envisagent de signer en 2010 un accord sur la sécurisation des technologies utilisées dans la conception de nouveaux lanceurs spatiaux, lit-on dans le document de clôture de la 14e réunion de la commission intergouvernementale russo-française sur la coopération bilatérale.

Il s'agit des technologies utilisées dans la cadre du programme Oural en cours de réalisation par la Russie et l'Europe en vue de développer les lanceurs du futur. L'objectif est de créer d'ici 2020 des fusées hautement performantes, fiables et économes pour la mise en orbite de charges utiles, la maintenance de systèmes orbitaux et l'entretien d'appareils spatiaux.

Les chefs de gouvernement ont également annoncé leur intention d'effectuer, au cours du premier semestre 2010, le premier tir d'un lanceur Soyouz depuis le centre spatial guyanais de Kourou, souligne le document russo-français.

La partie russe a en outre promis de prendre toutes les mesures nécessaires pour respecter le calendrier de lancement d'un satellite d'observation dans le cadre du programme Picard.

Baptisé d'après le nom de l’astronome français Jean Picard, ce programme est appelé à clarifier les liens entre le cycle solaire et l'évolution des températures terrestres.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Russie-France: sécuriser les techniques de construction des lanceurs » datée du 27 novembre 2009.

Sources


  • Page Espace de Wikinews Page « Espace » de Wikinews. L'actualité de l'espace et des lancements.