La Chine accuse le dalaï lama qui fait stopper une marche pacifique vers le Tibet

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le dalaï lama.

24 mars 2008. – Plus d'une semaine après les émeutes de Lhassa, le gouvernement chinois a lancé de nouvelles accusations contre le dalaï lama et « sa clique », l'accusant de vouloir « prendre en otage » l'organisation des Jeux Olympiques d'été de 2008 pour forcer le gouvernement à céder sur la question de l'indépendance du Tibet.

Le Quotidien du peuple, quotidien officiel du parti communiste chinois publiait cette semaine un avertissement : « Peu importe que le dalaï-lama et ses partisans se camouflent derrière le prétexte de la paix et de la non-violence, leurs activités de sabotage visant à la séparation sont vouées à l'échec ». Citant différents exemples des 50 dernières années, la presse a démontré que le pacifisme du dalaï-lama constituerait «  ».

Ces attaques écrites sont accompagnées quotidiennement d’un bilan des violences qui ont débuté le 10 mars à l'occasion de l'anniversaire du soulèvement de 1959. Ainsi, l’agence Chine nouvelle fait maintenant état de 19 morts durant les émeutes, « 18 civils innocents » et un policier et 241 policiers et 382 civils blessés. Les autorités ont, pour la première fois, reconnu avoir tiré sur les manifestants en état de « légitime défense » et ne causant que quatre blessés côté tibétain.

De son côté, le gouvernement tibétain en exil à Dharamsala indique un bilan « confirmé » de 99 morts et de plusieurs centaines de blessés au Tibet et dans les provinces chinoises voisines. Le seul nom de victime confirmé est celui de Lhundup Tso, une écolière de 16 ans qui aurait été tuée le 16 mars à Aba, dans le Sichuan.

Le dalaï-lama a, quant à lui, rejeté les accusations de la Chine, les qualifiant de « sans fondement » et déclarant avoir « toujours soutenu que les Jeux Olympiques devaient avoir lieu en Chine ». Dans le même temps, il a fait stopper une marche pacifique, partie neuf jours plus tôt de Dharamsala pour Lhassa, qui regroupait 44 moines et nonnes bouddhistes soutenus par cinq organisations non gouvernementales dans leur « marche vers le retour », sous entendu vers le Tibet. Cette marche, organisée après la dispersion d'une première manifestation du même genre par la police indienne, a été suspendue sur la décision des cinq organisateurs qui ont précisé dans un communiqué que « Sa Sainteté considère que la marche met davantage de pression sur le gouvernement indien que sur celui de Chine », information confirmée par le ministre indien des Affaires étrangères qui a précisé que ces initiatives pourraient nuire au gouvernement tibétain en exil à Dharamsala.

Actuellement, les environs de Lhassa ainsi que les provinces chinoises du Gansu, du Qinghai et du Sichuan sont toujours interdits à la presse chinoise et étrangère, et aux touristes. Les rares témoignages recueillis s'accordent pour décrire des villes verrouillées par la police et l’armée, confirmant ainsi « le retour au calme » annoncé par le gouvernement chinois depuis quelques jours. Le chef local du parti communiste a annoncé que les écoles de la région rouvriraient lundi, admettant ainsi qu'elles avaient été fermées pendant une semaine.

Sources




  • Page Inde de Wikinews Page « Inde » de Wikinews. L'actualité indienne dans le monde.