L'ex-chauffeur de d'Oussama Ben Laden écope de cinq ans de prison

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

7 août 2008. – Cinq ans et demi de prison pour Salim Hamdan, l'ex-chauffeur d'Oussama Ben Laden accusé « d'appui matériel au terrorisme » : tel est le verdict du jury militaire de Guantánamo Bay, Cuba.

Compte tenu du temps qu'il a déjà passé en détention, Salim Hamdan pourrait être libre dans cinq mois. Le procureur avait requis une peine de trente ans de prison, toutefois, la thèse du complot n'a pas été retenue contre lui. Il peut maintenant se pourvoir en appel devant un autre jury militaire, puis devant un tribunal civil américain. Mais Salim Hamdan est considéré comme « un combattant ennemi », de sorte qu'il pourrait être maintenu en détention quelle que soit l'issue de ses recours en appel.

Pour la Maison Blanche, Salim Hamdan a bénéficié d'un procès équitable, la comparution devant une commission militaire constitue « une procédure juste et appropriée. » C'était le premier procès de suspects de terrorisme à Guantánamo.

Au cours des audiences, qui se sont échelonnées sur deux semaines, le parquet a fait valoir que Salim Hamdan a livré des armes et aidé à protéger Ben Laden. Ses avocats, eux, ont dit que c'est un homme simple, qui cherchait seulement à gagner sa vie et qu'il n'appartenait pas au réseau Al-Qaida. Le procureur avait fait valoir que deux missiles sol-air avaient été retrouvés dans le véhicule de Salim Hamdan lors de sa capture en Afghanistan, à la fin 2001.

Depuis sa création en 2002, le centre de détention de Guantánamo Bay est la cible de vives critiques. Quelque 265 personnes, capturées dans le cadre de la lutte des États Unis contre le terrorisme, sont actuellement détenues dans cette prison. Dans la plupart des cas, aucune charge n'a officiellement été retenue contre ces prisonniers.

Que pensent les organisations de défense des droits de l'homme du procès de Salim Hamdan ? Pour Stacy Sullivan, porte-parole de Human Rights Watch, qui assistait à l'audience, les groupes de défense des droits fondamentaux ne pensent pas que Salim Hamdan avait une chance de bénéficier d'un procès équitable. Les commissions militaires, dit-elle, n'offrent pas les garanties nécessaires à la tenue d'un procès en bonne et due forme.

Sources