L'euro au plus fort

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

29 avril 2007. – La monnaie unique européenne, l'euro a en effet battu un record historique vendredi dernier en début d'après midi, un euro s'échangeait alors contre 1,3682 dollar US, il est depuis légèrement retombé à 1,3649 dollar. Au final, il a progressé de 3,5% depuis le début de l'année et de 16% par rapport à son taux du début de l'année 2006.

Pourquoi l'euro est-il aussi fort face au dollar?
M. José Manuel Barroso, président de la commission européenne estime qu'il s'agit du « signe d'une économie européenne robuste » et il a rajouté vendredi à la bourse de New York, « une monnaie forte est une bonne chose, c'est un signal de confiance dans l'économie européenne ».
La situation économique étasunienne y est aussi grandement responsable, puisque si l'euro est stable, c'est le dollar qui est au contraire plus faible. C'est l'annonce faite par le département du commerce des États-Unis d'une croissance de 1,3% pour ce premier trimestre 2007 alors que celle du dernier trimestre 2006 était de 2,5% qui a provoqué l'affaiblissement du dollar et par réaction le renforcement de l'euro.

Cette nouvelle ne serait pas si importante si les politiques français ne se l'étaient pas appropriés pour les élections présidentielles. En effet, d'après les deux candidats encore en lice, l'euro doit être réévalué et la banque centrale européenne doit être réformée. Pourquoi ces mesures? Parce que l'euro est accusé par les deux candidats d'être un frein pour l'économie et de creuser le déficit commercial record de la France (qui était de 29 milliards d'euros en 2006). Pour les économistes, la France pourrait même perdre 0,6 point de croissance sur l'année 2007, ce qui serrait très préjudiciable puisqu'une croissance de moins de 2% ne permet pas de créer des emplois alors que c'est justement 2% de croissance que la France a atteint en 2006.

Pour autant, d'autres pays de la zone euro se portent beaucoup mieux, l'Irlande a une croissance de 6% en 2006 (soit 0,5 point de plus qu'en 2005), celle de l'Espagne est passé de 3,3% en 2005 à 3,6% en 2006 et l'Allemagne qui est le plus important exportateur de la zone euro et qui devrait par conséquent être le pays le plus touché par cet euro « trop fort » a eut en 2006 une croissance de 2,2% et sa balance commerciale est de 167 milliards d'euros de bénéfices. De plus, l'Allemagne pense pouvoir rétablir tous ses indicateurs économiques dans le vert, la croissance intérieure bénéficiant de cette embellie pourrait augmenter fortement cette année d'où l'espoir que le chômage puisse fortement diminué (il était de 8,4% en 2006).
Mais pour cela, les Allemands ont dû réformer leur pays de manière draconienne au détriment de l'aspect social, les mesures les plus exemplaires ont été la hausse du temps de travail (en heures par semaine et en années de cotisation) et le gel des salaires.

L'économiste Marc Touati insiste et affirme que « Pour aider la croissance, mieux vaut faire des réformes que d'avoir un euro faible. Mais si l'on ne fait pas de réformes et que l'on a un euro fort, on se retrouve dans une position très difficile », et un banquier central de Francfort de rajouter « Ils n'ont qu'à faire des réformes pour rendre leur économie plus compétitive et plus résistante ! » en parlant des politiques français suites aux déclarations de ceux-ci sur l'euro.

Enfin, les économistes pensent que le taux de change d'ici 3 mois pourrait être de 1 euro pour 1,40 dollar, la montée de l'euro face au billet vert n'est pas prête de s'arrêter.

Sources