L'annulation de la dette de dix-huit pays très pauvres est conclue par les ministres du G8

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir sur Wikipédia l'article
Groupe des huit.

11 juin 2005. – Gordon Brown, chancelier de l'Échiquier (ministre des Finances) britannique a annoncé au cours d'une conférence de presse en début d'après-midi à Londres que les ministres représentant les huit grandes puissances étaient parvenu à un accord concernant l'annulation totale de la dette de certains pays pauvres. L'accord entre les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne, le Japon, le Canada, la Russie et l'Italie a été conclu pendant une rencontre de préparation en vue du sommet de Gleneagles (Écosse) qui commencera début juillet.

Les dix-huit pays d'Afrique et d'Amérique latine (Bénin, Bolivie, Burkina Faso, Éthiopie, Ghana, Guyana, Honduras, Madagascar, Mali, Mauritanie, Mozambique, Nicaragua, Niger, Rwanda, Sénégal, Tanzanie, Ouganda et Zambie) pourraient rapidement être suivis par neuf autres nations dont la dette serait épongée, selon M. Brown.

L'effacement des dettes envers le FMI, la Banque mondiale et la Banque africaine d'investissement des pays concernés sera totale (« 100% » selon le ministre des finances (The G8 finance ministers have agreed to 100 percent debt cancellation for Heavily Indebted Poor Countries)) et se chiffre aux alentours de 48 milliards de dollars.

Malgré les réticences de Paris qui redoutait que la capacité de prêt des organisations financières mondiales soit fortement réduite a finalement accepté l'accord prévoyant que les dettes non payées seraient épongées en intégralité par la contribution des pays « développés » dans le cas où les réserves du FMI ne suffiraient pas. Les États-Unis avaient écarté la possibilité de vendre les réserves d'or du FMI pour financer cette annulation.

Le ministre des finances allemand, M. Eichel considère cette décision comme « historique» (einen historischen Beschluss) et se félicité qu'elle soit « financé sur des bases solides » (es war ganz entscheidend, dass er [der Beschluss] solide finanziert ist). Il se réjouit également que l'« impôt volontaire » sur les billets d'avion fasse partie du programme futur du G8. M. Eichel a indiqué que l'effort total a fournir par les pays « développés » s'élèverait à plus de 55 milliards de dollars sur quarante ans, lorsque la dette de plus de trente pays serait progressivement annulé. Selon le ministre, l'Allemagne aurait environ un milliard de dollars à payer dans les dix années qui suivent, dans le cadre de suppression par étapes de la dette des pays pauvres.

Sources

Voir sur Wikipédia l'article
Dette du tiers monde.