L'ambassadeur de France au Sénégal est élu à l'Académie Française

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'Institut de France où siège l'Académie française

19 juin 2008. – Jean-Christophe Rufin, ambassadeur de France au Sénégal, a été élu dès le premier tour de scrutin au fauteuil 28 de l'Académie française. Médecin de formation, pionnier de l'action humanitaire, écrivain à succès et plus récemment diplomate, il succède à Henri Troyat, mort le 4 mars 2007.

Né le 28 juin 1952 à Bourges, il choisit comme spécialité neurologie et psychiatrie, mais bifurque bientôt vers la médecine humanitaire.

Directeur médical de l'ONG Action contre la faim de 1983 à 1985, il est vice-président de Médecins sans frontières en 1991.

De ses multiples missions, il tire un premier livre, Le piège humanitaire en 1986. En 1997, son premier roman, L'Abyssin, reçoit le Prix Goncourt du premier roman. Les causes perdues décroche le Prix Interallié deux ans plus tard. Et Rouge Brésil obtient le Goncourt en 2001.

Le 3 août 2007, il est nommé ambassadeur de France au Sénégal, sur proposition du nouveau ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner.

Ce dernier a félicité le nouvel académicien, « L’œuvre de Jean-Christophe Rufin est un hymne à l’humanité, au voyage vers l’Autre, à la tolérance et à l’universalisme. Elle illustre combien la littérature et la médecine sont les plus beaux ponts reliant les hommes et les savoirs. ».

La ministre de la Culture Christine Albanel a, de son côté, salué « l'homme des mots et des gestes, de l'action et de la langue, le président d'honneur d'Action contre la faim, très profondément engagé, et depuis longtemps, dans les combats essentiels de notre temps, mais aussi l'écrivain qui a su trouver dans la littérature une autre manière de témoigner ».

Après l'élection de Jean-Christophe Rufin, trois fauteuils restent à pourvoir à l'Académie française, qui compte en principe 40 membres : ceux d'Alain Robbe-Grillet, de l'ancien Premier ministre Pierre Messmer et du cardinal Jean-Marie Lustiger.

Sources