L'Iran affirme avoir lancé sa première fusée spatiale

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carte de l'Iran

28 février 2007. – La télévision d'État iranienne a annoncé, dimanche 25 février 2007, que l'Iran aurait récemment lancé avec succès sa première fusée spatiale.

Deux des responsables du Centre de recherche aérospatiale iranien se sont exprimés devant les médias. Le premier, Mohsen Bahrami, directeur du centre, s'est contenté d'affirmer, samedi 24 février, à l'Agence de presse des étudiants iraniens, qu'un engin lancé dans l'espace aurait été porteur de matériels de recherche élaborés par des techniciens des ministères de la Défense et de la Science. Le lendemain, son adjoint, Ali Akbar Golrou, révélait à la Fars News Agency que la fusée était susceptible d'atteindre une altitude maximale de 150 km au-dessus de la surface terrestre, avant de retomber dans l'atmosphère, ralentie par un parachute.

De son côté, le ministre de la Défense, Mostafa Mohammad Najar, a indiqué, samedi 24 février, dans les colonnes du quotidien iranien Etemad-e Melli, que l'Iran entendait développer ses propres engins de lancement, aux fins de mise sur orbite de satellites entièrement fabriqués par l'Iran. Il a rappelé à cette occasion que l'embargo commercial imposé à son pays par les États-Unis après la révolution islamique en 1979 avait contraint l'Iran à chercher à développer son propre programme spatial.

Cette ambition spatiale des dirigeants iraniens n'est pas une nouveauté puisque, le 25 octobre 2005 [1], une fusée russe Cosmos-3M, avait procédé au lancement du satellite iranien Sinah-1, en même temps qu'à celui de six satellites russe, chinois, britannique, norvégien, japonais et européen, depuis le cosmodrome de Plesetsk (oblast d'Archangelsk, Russie).

Par ailleurs, l'agence de presse iranienne IRNA rapporte que, selon le ministre de la Science et de la Technologie, Mohammad Soleimani, les objectifs prioritaires du programme spatial iranien seraient le lancement, d'ici 2010, de quatre satellites de télécommunication, permettant notamment de porter la capacité du pays en lignes téléphoniques fixes et mobiles, actuellement limitée à 22 millions, jusqu'à 80 millions, et d'augmenter le nombre d'utilisateurs d'Internet de 5,5 à 35 millions.

Entrée de la porte Nord du Cheyenne Mountain Operations Center

Un responsable américain du département de la Défense, s'exprimant lundi 26 février auprès de l'AFP sous le couvert de l'anonymat, a toutefois émis des doutes sur la véracité de ce lancement puisque, selon ses dires, le tir annoncé par les Iraniens n'aurait pas été détecté par la surveillance continue exercée par le NORAD qui, outre sa mission naturelle de surveillance de l'espace aérien nord-américain, exerce une observation continue de tout ce qui peut être lancé en direction de l'espace sur toute la Terre [2].

Les doutes émis par cet officiel américain doivent toutefois être tempérés ou relativisés, puisqu'il faut remarquer que le très sérieux magazine hebdomadaire américain « Aviation Week & Space Technology », dans deux articles parus à la fin du mois de janvier [3], relatait avec force détails les perspectives d'une prochaine tentative d'accession de l'Iran dans le club très fermé des pays maîtrisant une ou plusieurs technologies spatiales. L'hebdomadaire révélait en effet que l'Iran s'apprêtait à lancer, à une date non fixée, une fusée pesant entre 25 et 30 tonnes, élaborée à partir de la reconversion d'un missile balistique Shahab 3. « Aviation Week & Space Technology » rapportait à cette occasion les propos récents de Alaoddin Boroujerdi, président, au sein du Majlis (le parlement monocaméral iranien), de la commission de la Sécurité nationale et de la Politique étrangère, selon lequel l'assemblage du lanceur avait été conduit à terme et permettait un prochain lancement.

Le journal citait également les propos d'Uzi Rubin, ancien directeur, de 1991 à 1999, de l’Israel Missile Defense Organization [4], selon lequel le programme spatial iranien aurait pour objectif premier la mise sur orbite de satellites espions comparables aux satellites israéliens Ofeq mais pourrait viser, en cas de réussite dans les essais sur ces premiers lanceurs, d'imaginer une nouvelle reconversion visant à la mise au point de missiles balistiques intercontinentaux [5].

Notes

Sources

Sources anglophones
Sources francophones


  • Page Espace de Wikinews Page « Espace » de Wikinews. L'actualité de l'espace et des lancements.