Japon : le nord-est de l'île de Honshu secoué par un violent séisme suivi d'un tsunami

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page actualisée Page actualisée : 12 mars 2011 — « Japon : inquiétudes autour de deux centrales nucléaires au lendemain du séisme »

38° 00′ N 142° 54′ E / 38, 142.9

Onde de choc du tsunami.

11 mars 2011. – Le Japon a subi aujourd'hui, à 15 h 00 locale[1], un violent séisme de magnitude 8,9 sur l'échelle du moment. Il s'agit du séisme le plus fort s'étant produit au Japon depuis 140 ans, selon l'agence météorologique. L'épicentre se situe à 130 km au large des côtes du nord-est de l'île de Honshu et à 25 km de profondeur.

Dix minutes plus tard, un tsunami par montée des eaux a envahi les côtes de la région de Sendai, provoquant de nombreux dégâts. Dans les terres, la lame n'était plus que d'un mètre. Selon un premier bilan diffusé vers 10 h 30 (UTC), 29 personnes auraient perdu la vie. Un tel séisme de cette ampleur n'arrive qu'une fois en dix ans sur la planète.

Interrogés sur I-Télé, Michel Chevalet, journaliste, et Michel Granet, physicien, ont rappelé le contexte sismique dans lequel évolue la population japonaise. Le pays est bien préparé à ces phénomènes sismiques et la population particulièrement entraînée — et disciplinée — sur la conduite à adopter. Le Japon se situe à la croisée des plaques pacifique, eurasienne, philippine et nord-américaine. Dans le cas présent, la plaque pacifique rentre sous la plaque eurasienne à la vitesse de 9 cm par an. C'est à l'occasion de ce glissement que s'est produit le séisme en question.

Des répliques de ce tremblement de terre ont d'ores et déjà commencé à se produire plus au sud le long de la faille située entre les deux plaques continentales notamment un de magnitude 7,1, selon l'United States Geological Survey.

Les réseaux téléphoniques japonais étant saturés ou perturbés, Internet prend le relais pour aider à retrouver des personnes dont on est sans nouvelles à la suite du séisme. Outre les réseaux sociaux, Japan Person Finder[2], un outil mis en place par Google, permet aux internautes de signaler leur situation, et celle des personnes avec lesquelles ils se trouvent. La Croix Rouge mettait en place également un système de recherche ainsi que d'autres initiatives[3].

Notes

Sources




  • Page Japon de Wikinews Page « Japon » de Wikinews. L'actualité japonaise dans le monde.