Israël indique que l'usage des bombes à fragmentation est légal

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

25 décembre 2007. – Une enquête militaire israélienne a annoncé que l'usage des bombes à fragmentation lors du conflit israélo-libanais de l'an passé ne violait pas la loi internationale.
L'Assemblée générale des Nations unies a déclaré que l'utilisation par Israël de ces bombes était « choquant et immoral ». Israël a répliqué que « l'utilisation de cet arsenal était une nécessité militaire avérée ». Les enquêtes du Département d'État des États-Unis ont prouvé en janvier dernier que l'utilisation par Israël des bombes à fragmentation de fabrication États-Unis d'Amérique était susceptible de contrevenir aux accords passés entre les deux pays. Le porte-parole du Département d'État Sean McCormack a déclaré : « il y a pu peut-être avoir des violations », et plus spécifiquement de l'Arms Export Control Act.
Un membre anonyme du gouvernement libanais a répondu à cette décision que « la décision israélienne montre qu'il n'y a pas de différence entre l'autorité judiciaire et l'autorité politique en Israël. Ils travaillent tous de concert pour commettre et couvrir des crimes contre l'humanité ».
On estime qu'Israël a largué jusqu'à quatre millions de bombes à fragmentation l'an dernier, dont un million n'a pas explosé, devenant un danger pour les civils libanais. Selon les Nations Unies, au moins 38 personnes ont été tuées et 217 blessées par ces armes depuis la fin du conflit qui avait duré 34 jours.
La guerre d'un mois avait commencé en juillet l'année dernière lorsque des membres du Hezbollah avaient tué cinq soldats israéliens et en avaient capturé deux lors d'une expédition au travers de la frontière. On estime qu'environ 1200 civils ont été tués au Liban et environ 150 en Israël.

Sources

    Page
  • Page Liban de Wikinews « Liban »
  • de Wikinews.