Guinée : l'Union européenne décrète des sanctions contre la junte

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

27 octobre 2009. – Les chefs de diplomatie des 27 pays membres de l'Union européenne, réunis mardi à Luxembourg, ont décrété des sanctions contre la Guinée, annonce le correspondant de RIA Novosti.

Selon un communiqué de l'UE, les biens des responsables de la junte seront gelés, certains dirigeants guinéens interdits de visas et un embargo sur les armes frappera ce pays africain.

Le 28 septembre, la junte avait violemment réprimé une manifestation démocratique à laquelle participaient des dizaines de milliers de personnes. Selon une organisation guinéenne de défense des droits de l'Homme, 157 personnes ont été tuées. Le gouvernement fait état de 56 morts et de 934 blessés.

Les ministres des Affaires étrangères des pays membres de l'UE ont salué la décision du secrétaire général de l'ONU de créer une commission internationale chargée d'enquêter sur les circonstances de cet incident. Cette initiative a été également soutenue par l'Union africaine et la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

Le conseil des Affaires étrangères de l'UE a salué la décision de la CEDEAO d'introduire un embargo sur les livraisons d'armes à la Guinée et des sanctions contre la junte.


Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Guinée : l'UE décrète des sanctions contre la junte » datée du 27 octobre 2009.

Sources