Grève de la faim mondiale contre la faim

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Diouf

15 novembre 2009. – Depuis mercredi, la planète est encore une fois sensibilisée aux problèmes de la sous-alimentation et de la souffrance des personnes qui ont faim par un acte symbolique de Jacques Diouf, directeur général de la FAO. Jacques Diouf a indiqué : « Toutes les six secondes, un enfant meurt de faim. Il faut des actions concrètes et nous devons être attentifs. Une nouvelle crise alimentaire mondiale ne peut pas être exclue. 31 pays sont en situation de grave insécurité alimentaire, 20 en Afrique et 11 en Asie ». Il a encore martelé : « Cette immense tragédie n'est pas seulement une atteinte à la morale et une absurdité économique mais elle représente aussi une grave menace pour notre paix et (notre) sécurité collective », rappelant les émeutes de la faim de 2007 et 2008. Jacques Diouf souligne : « Nous disposons des moyens techniques et des ressources pour éliminer la faim dans le monde. C'est donc désormais une question de volonté politique, une volonté qui est influencée par l'opinion publique ».

Pour éveiller les consciences sur ce grave problème, M. Diouf a lancé mercredi sur la toile à l'adresse www.1billionhungry.org une pétition pour une paix sans faim et un monde libéré de ce fléau. Il a invité un maximum de gens à la signer pour apporter un témoignage symbolique de leur soutien et leur solidarité avec le milliard de personnes qui ont faim dans le monde. « Chaque clic sera un aiguillon pour que les dirigeants du monde passent de la parole aux actes » ajoute-t-il. Dans cet objectif, il fait en outre un appel pour une grève de la faim à l'échelle mondiale pour 24 heures le samedi et le dimanche de cette même semaine et précise qu'il donnerait lui-même l'exemple à compter de samedi matin. Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, et le maire de Rome, Gianni Alemanno ont également entamé un jeûne de 24 heures.

Le lundi 16 novembre, à Rome, aura lieu un sommet de la FAO sur la sécurité alimentaire et 60 chefs d'État seront présents pour tenter d'apporter des solutions à la crise alimentaire. La FAO espère pouvoir « arracher aux dirigeants de la planète un engagement ferme de consacrer 44 milliards de dollars par an pour aider les pays les plus démunis ». La FAO juge insuffisante l'aide octroyéе de 29 milliards d'euros pour le développement et l'agriculture, ce qui constitue de 17% à 18% de l'aide nécessaire en toute urgence.

Sources