Géorgie-Abkhazie : 15 millions de dollars pour la fermeture de la mission de l'ONU

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

1er juillet 2009. – L'assemblée générale de l'ONU a décidé d'allouer 15 millions USD à la fermeture de la mission d'observateurs militaires dans la région de Géorgie-Abkhazie en vertu de la résolution ad hoc prise par consensus lors de l'Assemblée générale réunie mardi en séance plénière.

La mission de l'ONU dans la région de Géorgie-Abkhazie a juridiquement cessé d'exister le 16 juin 2009, après que le Conseil de sécurité se fut trouvé dans l'impossibilité de proroger son mandat qui expirait le 15 juin.

La Russie a opposé son veto au projet de résolution avancé par les pays occidentaux et contenant des références aux résolutions précédentes qui faisaient état de l'intégrité territoriale de la Géorgie. Ces formules ont été jugées inacceptables par Moscou, dans la mesure où la Russie avait reconnu l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud à la suite de l'agression géorgienne contre l'Ossétie du Sud en août 2008. La Fédération de Russie a proposé une variante de compromis rejetée par les membres occidentaux du Conseil de sécurité.

La résolution adoptée mardi par l'Assemblée générale sur le financement de la fermeture de la mission « stipule le virement sur un compte spécial ouvert à l'intention de la mission de l'Organisation des Nations Unies de la somme de 15 millions de dollars pour la période du 1er juillet au 31 décembre aux fins de fermeture administrative de ladite mission ».

L'Assemblée générale demande au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon de prendre toutes les mesures nécessaires en vue de garantir la fermeture administrative de la mission avec un maximum d'efficacité et d'économies.

En outre, la résolution stipule que le secrétaire général soumette le budget des dépenses liées à la fermeture administrative de la mission onusienne à la 64ème session de l'Assemblée générale de l'ONU qui s'ouvrira en septembre 2009.

Le mardi 30 juin, les observateurs militaires de l'ONU ont commencé à se retirer de leurs lieux de déploiement en Abkhazie et en Géorgie, a confirmé le service de presse de l'organisation.

Le secrétaire général adjoint de l'ONU chargé des opérations de maintien de la paix Edmond Mulet, qui se trouve en Abkhazie, a déclaré devant les journalistes que le retrait des 130 observateurs militaires de l'ONU serait achevé le 15 juillet. L'évacuation des biens et le départ des employés civils de la mission requerra encore environ deux mois.

Par ailleurs, le secrétaire général Ban Ki-moon a annoncé que l'ONU poursuivrait son activité dans la région même après le retrait de la mission. La déclaration de son représentant officiel, diffusée à l'état-major de l'ONU mardi, note que le « secrétaire général réaffirme la disposition de l'ONU à poursuivre son action sur d'autres axes clés et à rester impliquée dans les affaires de la région ». À cet égard, Ban Ki-moon a prescrit à son représentant spécial et ancien chef de la mission de l'ONU Johan Verbeke « de continuer de représenter l'ONU aux négociations de Genève sur la sécurité et la stabilité (en Transcaucasie), ainsi que sur le retour des réfugiés et des personnes déplacées ».

La mission de l'ONU, initialement appelée « Mission d'observation de l'ONU en Géorgie » (MONUG) a été créée par le Conseil de sécurité en 1993 pour contribuer au règlement du conflit abkhazo-géorgien. Le mandat de la mission de l'ONU a été prorogé pour 4 mois en février 2009 (résolution 1866). Depuis octobre 2009, sur les instances de la Russie, la mission a cessé de s'appeler « Mission d'observation de l'ONU en Géorgie » pour être rebaptisée en « Mission de l'ONU », sans spécification géographique, jusqu'à l'expiration de son mandat.


Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Géorgie-Abkhazie: 15 millions de dollars pour la fermeture de la mission de l'ONU » datée du 1 juillet 2009.

Sources