France Télécom : l'observatoire du stress dénombre dès à présent 17 suicides en 2009

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cabine France Télécom

20 mai 2009. – Créé en 2007 par la CFE-CGC, SUD, UNSA, l'observatoire du stress est « composé de représentants du personnel, sociologues du travail, psychologues et experts du monde du travail ». Sa vocation est pluridisciplinaire Ce service officieux vient communiquer à la presse le nombre de 17 cas de suicides ou tentatives de suicides recensés à France Télécom depuis janvier 2008. Dans une dépêche datée du 11 mai, l'observatoire vient d'annoncer le suicide d'une salariée de France Télécom posant ainsi « pose une nouvelle fois la question des conditions de travail dans le groupe ». La défunte s'était donné la mort à son domicile, ne supportant plus ses conditions de travail.

France Télécom consciente du stress

Dès l'annonce de la nouvelle, la direction de France Télécom a formulé un démenti selon lequel « les raisons de ces actes sont personnelles, parce que le salarié aurait connu des difficultés dans sa vie privée ». De son côté, la famille de la victime a informé la presse qu'elle n'avait aucun autre souci que ceux liés à ses conditions de travail. La position de l'entreprise a été tempérée par les propos de Laurent Zylbergerg, chargé de communication du groupe. Interrogé par France Soir, il a admis que « si quelqu’un accuse sa hiérarchie, l’important n’est pas que ce soit vrai ou non, mais qu’il le pense : cela veut dire qu’on a loupé quelque chose. C’est un drame pour sa famille, mais aussi pour l’entreprise. » Abordant les accusations des syndicats sur une gestion très dure des effectifs, il a indiqué « comme tous les opérateurs historiques de télécom, nous avons réduit nos effectifs de façon importante. Ces évolutions se sont faites sans licenciements et avec tout un dispositif d’accompagnement de nos salariés. Nous sommes conscients du stress que cela peut induire pour certains collaborateurs. »

Abordant le nombre de suicides ou de tentatives de suicide il a notamment indiqué « Je ne tiens pas une comptabilité des suicides. Cependant, quand ce genre de drame se produit, oui, c’est un signal. Je n’exonère pas totalement l’entreprise car, nécessairement, on a un sentiment d’implication. C’est un échec individuel et collectif. C’est une véritable préoccupation que l’on ne dénie pas. »

Une mutation profonde dans la gestion des effectifs

Selon l'observatoire, ce serait à la suite de la privatisation de France Télécom en 1996, que les problèmes humains se seraient accumulés pour s'aggraver. Près de 60 000 départs en 9 ans sur un effectif initial de 160 000 agents ont été réalisés.

Ce changement a profondément modifié les statuts des personnels et des services avec de très nombreux reclassements. Les techniciens ont très mal vécu leur reconversion, notamment dans la chaîne commerciale, ce dont ils n'étaient nullement formés. Durant cette période, c'est près de 70 000 changement de métiers qui ont été recensés. Ces reconversions ne concernent pas seulement les agents d'exécution, mais aussi l'encadrement voire aussi des cadres supérieurs de haut rang. Certains ont été obligés d'accepter des tâches d'exécution sur des niveaux de fonctions très en-deçà du grade qu'ils détiennent.

Selon cette officine, « les suicides et tentatives de suicides à France Télécom concernent très souvent des salariés âgés, des fonctionnaires qui ont subi des réorganisations de travail lourdes et des changements de métiers forcés. Certains étaient en arrêt maladie, en raison de surmenage voire de dépression ». Ceci ne constiturait, toujours selon la même source, que la « partie immergée de l'iceberg. » Elle craint que ce chiffre risque de « risquent de s’alourdir au cours des années qui viennent dans le contexte de la crise économique et, parce qu’en refusant toute responsabilité, France Télécom n’entreprend aucune analyse de ces événements et ne pratique aucune prévention. »

France Soir s'empare de l'affaire

Cette affaire est suffisamment importante pour que la presse s'empare de l'affaire. Ainsi, Le quotidien France Soir a publié une série de trois articles sur les conditions de travail à France Télécom.

Interrogé par France Soir, Patrick Ackermann, représentant SUD-PTT à France Télécom, confie : « en cinq ans, il y a eu 70 000 changements de métier, une situation qui a engendré beaucoup de stress. Les suicides ou tentatives, dont on ne connaît pas le nombre exact, ne sont que l’aspect émergent du malaise dans l’entreprise. Mais nous avons un sentiment de dépression collective (…) Nous sommes une société privée en secteur concurrentiel, il faut faire du chiffre et il y a une volonté délibérée d’éjecter les fonctionnaires. » Après avoir déploré 7 suicides en 2008, le syndicaliste s'insurge : « Le silence de notre employeur est terrible. Il nous sidère. Il nous révolte. »

Selon le journal en question, la médecine du travail aurait tiré la sonnette d'alarme. En outre, plusieurs parlementaires se sont émus de la situation à France Télécom, dont Marie-Claude Beaudeau, sénatrice (PC) du Val d'Oise faisant état, dès 2004, d'un « degré de souffrance qui croît dans des proportions inquiétantes ».

Sources



  • Page France de Wikinews Page « France » de Wikinews. L'actualité française dans le monde.