France : un réseau de prostitution démantelé à Saint-Denis

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La très fréquentée rue de la République.

3 juin 2011. – Un réseau de prostitution a été démantelé vendredi dernier à Saint-Denis aux termes de plusieurs semaines d'investigations menée par la brigade de répression du proxénétisme (BRP). Quatre proxénètes ont été écroués. Leur « travail » consistait à faire venir de Roumanie des jeunes filles qui travaillaient aux abords de Paris.

L'enquête avait débuté à la suite d'une bagarre à Paris dans la nuit du 15 au 16 mars entre deux groupes de prostituées au cours de laquelle une Mercedes, a foncé sur les jeunes Roumaines, en blessant deux sérieusement. La BRP s'est rapidement saisie de l'affaire jusque-là suivie par les fonctionnaires de la direction de la sécurité territoriale et a mis en place un dispositif de surveillance.

Les riverains de cet hôtel se plaignaient également depuis plusieurs mois de la présence de prostitués et d'un climat de tension. « Des violences étaient régulièrement perpétrées contre ces jeunes femmes. L'une d'elles a même été blessée et a fait l'objet d'un arrêt de travail de six jours », selon la préfecture de Seine-Saint-Denis. « Ces jeunes femmes travaillaient sur les boulevards des Maréchaux, près du périphérique parisien, à hauteur de la porte de la Villette et de la porte d'Aubervilliers. Mais elles étaient logées à l'Hôtel de la Poste, à Saint-Denis. C'était leur base de repli, leur QG », a expliqué un policier.

Les prostitués devaient prendre le soin de verser la totalité de leurs gains à leurs maquereaux via un relais — également arrêté — en l'échange du logement dans l'Hôtel de la Poste. « On a pu calculer qu'en six mois l'une des prostituées a ramené 40 000 € », toujours selon la préfecture. Les proxénètes effectuaient par ailleurs de nombreux allers-retours entre la France et la Roumanie « pour ramener des filles ».

Enfin, l'enquête a révélé que certaines filles étaient également envoyées en Irlande, d'où la poursuite de l'enquête sur l'ensemble du réseau, notamment dans ce pays.

Source



  • Page France de Wikinews Page « France » de Wikinews. L'actualité française dans le monde.