France : un membre du gouvernement dans le collimateur du fisc

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

9 juin 2010. – Le secrétaire d'État chargé du Développement de la Région Capitale, Christian Blanc serait dans le collimateur des services fiscaux. C'est ce que vient de révéler, ce jour, Le Canard enchaîné dans sa dernière édition. Le secrétaire d'État aurait reçu une lettre le sommant de répondre avant le 30 juillet, à « une série de questions fort embarrassantes. »

Selon le Canard, la réglementation française impose aux membres du gouvernement d'être en règle avec le service des impôts dès leur nomination. Le non-respect de ce règle, aurait provoqué l'agacement des fonctionnaires du fisc chargés de son dossier. Ils s'interrogent, notamment sur la déclaration du couple Blanc concernant « ses nombreux biens immobiliers. » D'après le Canard, les consorts seraient propriétaires d'une résidence principale dans le XVIème arrondissement de Paris, un appartement dans le IIème, un studio dans le XVème, diverses résidences en Tunisie, en Côtes d'Armor ou en Eure-et-Loir. Autres interrogations, la non-déclaration à l'ISF des actions que le secrétaire d'État détient de la société International Decision. Selon l'illustre volatile, cette société « monnayait des contacts privilégiés avec certains dirigeants de pays d'Afrique, du Maghreb et du Moyen-Orient. » Créée en 2005, elle a été dissoute en 2009.

Un autre point relevé par le fisc : « Les valeurs mobilières et les liquidités portées sur vos déclarations d'ISF retracent-elle les avoirs détenus sur l'ensemble de vos comptes financiers ? » lit-on dans le courrier en question.

Les soupçons des Impôts ne se cantonneraient pas seulement sur Christian Blanc. Ils se porteraient aussi sur sa conjointe, chirurgienne esthétique dans le XVIème arrondissement de Paris. Selon l'illustre volatile, spécialisée dans le « remodellage des arrondis », « elle semble très douée pour réaliser des liftings sur ses propres déclarations fiscales. » Ainsi, jusqu'en 2008, rien n'a été déclaré au titre de l'ISF sur sa participation au capital des laboratoires Arion, spécialisés dans les implants mammaires. Mêmes interrogations sur la déclaration des revenus du foyer fiscal relevant des « fluctuations » dans les bénéfices déclarés du cabinet médical.

Christian Blanc a assuré que la démarche des Impôts s'insère dans un processus normal, niant toute nervosité de l'Administration. Les diverses participations qu'il détenait dans plusieurs sociétés étaient, selon lui, dérisoires. Les éléments de réponses seront fournies aux impôts, a-t-il assuré.

Source

  • ((fr)) – Hervé Liffran« Colère noire du fisc contre Christian Blanc ». Le Canard enchaîné, page 3n° 46769 juin 2010.


  • Page France de Wikinews Page « France » de Wikinews. L'actualité française dans le monde.