France : un homme excédé par les hélicoptères aveugle les pilotes

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Un Tigre, un des hélicoptères utilisés par l'EAALAT.

5 décembre 2011. – Un Varois de 62 ans, qui ne supportait plus le bruit des hélicoptères passant au-dessus de chez lui durant la nuit, a décidé de se rendre justice. Il éclairait les aéronefs lorsqu'ils survolaient sa propriété. Après plusieurs mois d'enquête, les gendarmes ont réussi à le confondre. Il a été entendu vendredi et a reconnu les faits, dont le dernier recensé remonte au 4 mai dernier. Une lampe torche d'une puissance de 3 millions de bougies a été saisie à son domicile.

Ce coordonnateur de sécurité a expliqué aux gendarmes qu'il était excédé par les vols de nuit des hélicoptères. En effet, sa villa du Cannet-des-Maures (Var) est située dans l'axe nord du couloir aérien de l’École d'application de l'aviation légère de l'Armée de terre (EAALAT).

Plusieurs fois, les pilotes de l'EAALAT ainsi que ceux de l'école franco-allemande, qui utilisent des Tigre et des NH90, ont signalés avoir été « passagèrement aveuglé[s] » par une puissante lumière lors des phases d'approche de la base. Étant donné qu'ils portaient des jumelles de vision nocturne, qui intensifient la luminosité, ils s'étaient vus obliger de suspendre leurs procédures d'approche afin de parer à tous problèmes. Aucun accident n'a été recensé.

Une convocation devant la Justice lui a été signifiée : le sexagénaire devra répondre d'« entrave à la navigation ou à la circulation d'un aéronef » et de « mise en danger d'autrui », le 26 janvier prochain, devant le tribunal correctionnel de Draguignan (Var). La procédure de comparution en reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) a été retenue.

Le 17 novembre dernier, un ouvrier boulanger de 20 ans a été condamné par le tribunal correctionnel de Draguignan à six mois de prison avec sursis, 210 heures de travail d'intérêt général ainsi que 300 euros d'amendes, selon la procédure CRPC. On lui reproche d'avoir tiré à trois reprises avec un pistole de paintball sur un hélicoptère de la sécurité civile Dragon 83, en opération à Roquebrune-sur-Argens, le 14 septembre dernier. En phase de décollage après une mission de secours en milieu périlleux, l'appareil avait été la cible trois tirs de billes de peinture, dont l'une est allée au but à plus de 20 mètres.

Sources


  • Page France de Wikinews Page « France » de Wikinews. L'actualité française dans le monde.