France : tentative d'assassinat à l'arme blanche dans un collège marseillais

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

43° 19′ 10″ N 5° 23′ 13″ E / 43.319316, 5.386975

Localisation de Marseille

16 décembre 2010. – Plusieurs individus ont tenté d'assassiner plusieurs enseignants à l'arme blanche et au sabre japonais dans un collège marseillais. Les faits se sont produits vendredi dernier et n'ont été révélés à la presse que mardi, soit quatre jours plus tard.

Les faits ont débuté dès 13 h 30 lorsque quatre « jeunes » gens ont tenté d'entrer, une première fois, dans l'enceinte de l'établissement prétextant vouloir aller aux toilettes. Les intéressés, étrangers à ce collège, ont été éconduits par les surveillants. Ces derniers ont donc reçu des menaces de ces jeunes, lesquels ont manifesté l'intention de revenir.

Une demi-heure plus tard, ils parviennent à rentrer dans l'établissement en passant par-dessus la barrière. Le meneur, exclu quelques années auparavant du collège, distribue alors des couteaux et un sabre japonais. Leur but, assassiner « un professeur, trois surveillants, deux conseillers d'éducation et même la gardienne », note La Provence. La scène dure 3 à 4 minutes : les enseignants et les surveillants parent les coups de leurs assaillants. « Il a sorti deux couteaux de cuisine de son blouson, qu'il a confiés à deux complices. Ensuite, plongeant encore une fois la main dans sa veste, il a brandi un sabre pour le donner à un troisième garçon. Tout le monde se trouvait alors dans le hall. » relève un témoin.

« Ils étaient clairement là pour nous tuer. Celui qui a sorti le sabre japonais a crié à ses complices : “Plantez-les et vengez-vous !” Ça a duré 3 ou 4 minutes, mais j'avais l'impression que ça n'allait jamais s'arrêter » ajoute une des victimes. Ces dernières parviennent à désarmer l'un des agresseurs, provoquant, par la suite, la fuite de toute la bande.

Le proviseur du collège a donc déposé une plainte pour « intrusion armée à l'intérieur d'un établissement scolaire » et « violence sur un personnel de l'éducation nationale. » Mardi, un mineur de 17 ans, membre présumé du commando, a été appréhendé puis placé en garde à vue. Plusieurs coauteurs ont été formellement identifiés. Le collège a été fermé en début de semaine et a ré-ouvert ses portes aujourd'hui.

Sources


  • Page France de Wikinews Page « France » de Wikinews. L'actualité française dans le monde.