France : les CRS gagnent le bras de fer

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les Compagnies républicaines de sécurité menacées ne seront finalement pas supprimées.

31 janvier 2011. – En moins d’une semaine de protestations et sans faire grève (car ils n’en ont pas le droit), les CRS[1] ont réussi à faire plier leur ministère. Ce soir, lors d’une réunion improvisée en urgence, le ministre français de l'Intérieur Brice Hortefeux a promis que les deux compagnies menacées ne seraient finalement pas supprimées. C'était apparemment la seule issue de l’impasse à la suite de la concertation catastrophique de cet après-midi entre la direction de la police et les syndicats.

« On ne sait toujours pas si les deux compagnies vont fermer et ils ne nous ont pas donné de date. L’incertitude ne fera qu’amplifier le mouvement » annonçait Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint du syndicat Alliance, à la sortie de la réunion.

Le directeur de la police avait confirmé que l’une des pistes envisagées par le ministère pour réaliser des économies budgétaires conduisait à la fermeture de deux compagnies à Marseille et à Lyon, tout en s'efforçant de rassurer les responsables syndicaux en démentant la rumeur de la suppression à terme de 25 compagnies de CRS.

Brice Hortefeux à dû intervenir face à la colère des syndicats pour ne pas laisser la situation s’envenimer sur le terrain. Car, même interdits de droit de grève, les policiers enchainent les actions depuis la semaine dernière : mercredi dernier, la compagnie 46 de Lyon a vu 90 de ses CRS, soit 70% des effectifs, manifester leur colère en se plaçant en arrêts maladie. Le mouvement ainsi fait tache d’huile parmi les 61 compagnies. La 54 de Marseille, actuellement en mission de sécurité à Paris, avait décidé ce week-end d’entamer une grève de la faim. La compagnie 56, basée à Montpellier et appelée en renfort pour le match de ligue 1 Monaco-Marseille, a fait don de ses repas du soir au Samu social.

Le ministre a précisé que « c'est donc l'équivalent de deux compagnies qui seront prélevées sur les effectifs globaux de 12 000 CRS pour être réaffectés ».

Ce genre d'action est inédite dans les Compagnies républicaines de sécurité depuis leur création en 1944.

Notes

Sources



  • Page France de Wikinews Page « France » de Wikinews. L'actualité française dans le monde.