France : la veuve Habyarimana placée sous contrôle judiciaire

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Localisation du Rwanda

3 mars 2010. – L'affaire Agathe Habyarimana a connu un rebondissement, mardi, en France. La veuve de l'ancien président rwandais, Juvénal Habyarimana, mort dans un attentat et considéré comme l'élément déclencheur du génocide du printemps 1994 au Rwanda, a en effet été arrêtée à son domicile avant d'être présentée devant un juge. Celui-ci a décidé de la relâcher, tout en la plaçant sous contrôle judiciaire, c'est-à-dire qu'elle devra se présenter une fois par mois au commissariat de son domicile, à Courcouronnes (Essonne).

Mme Habyarimana faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international émis au Rwanda depuis le 19 octobre 2009 par Martin Ngoga, procureur général de la République du Rwanda pour « génocide », « complicité de génocide », « association de malfaiteurs en vue de la commission d'un génocide » et « crime contre l'humanité ». Elle est accusée par Kigali d'avoir planifié le génocide, qui aurait fait plus de 800 000 morts entre avril et juillet 1994.

Son avocat, Me Philippe Meilhac, se dit soulagé par la décision du procureur. « Le dossier d'extradition présentée par le Rwanda est totalement vide, il n'est absolument pas étayé », a-t-il déclaré. « La demande d'extradition a été demandée par le Rwanda en octobre dernier et la France n'y avait pas donné suite. À la suite de la visite du chef de l'État à Kigali, le ministère de la Justice a demandé au parquet général de Paris de lancer la demande d'extradition », a accusé Me Meilhac, qui a confié que sa cliente avait été « surprise de voir la police judiciaire d'Évry chez elle ce matin ».

Pour l'heure, rien n'est certain concernant une extradition rapide de Mme Habyarimana vers Kigali, car le Rwanda ne présente pas de garanties judiciaires suffisantes, selon la justice française. Faux, répond le ministre rwandais de la Justice, Tharcisse Karugarama, qui se félicite du geste des autorités françaises. « Le processus judiciaire est commencé et on espère, ici au Rwanda, que la vérité va sortir », a-t-il affirmé.

Alain Gauthier, directeur de l'Association du collectif des parties civiles pour le Rwanda, fait état de la surprise des membres de l'association. « On ne s'attendait pas à une décision aussi rapide après la visite de Nicolas Sarkozy à Kigali », a déclaré M. Gauthier, qui applaudit, lui aussi, le fait que la justice française se mette en marche trois ans après la plainte de son association.

Voir aussi

Sources