France : la justice s'intéresse à la Française des jeux

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

30 novembre 2007. – Le juge d'instruction a procédé à l'audition du PDG de la Française des Jeux, Christophe Blanchard-Dignac. La justice enquête actuellement sur un «  possible trucage des jeux de grattage commercialisés par sa société », selon l'agence Reuters. La société en question aurait été placé, toujours selon cette agence de presse, « sous le statut de “témoin assisté” par le magistrat ».

Cette audition faite à la suite d'une plainte déposée en 2005 par un joueur qui aurait découvert « un système frauduleux dans la répartition des gains des jeux de grattage ». Selon le plaignant, la répartition des gains ne serait pas aléatoire mais en raison d'un ticket gagnant par carnet de 50, ce que nie en bloc la société.

La position de la Française des jeux s'annonce délicate, puisqu'elle aurait proposé au plaignant 300 000 € en échange de son silence.

Un PDG une nouvelle fois sous les feux de l'actualité

En outre, ce n'est pas le première fois que l'actuel PDG de la Française des Jeux est mis sous les feux de l'actualité. Christophe Blanchard-Dignac avait été épinglé par l'hebdomadaire L'Express au début des années 1990. Par un article intitulé « Un énarque à la dérive », L'Express avait révélé que l'intéressé, alors directeur-adjoint du groupe La Poste, avait provoqué un trou financier de près de 1,3 milliards de francs. Ceci faisait à la suite des malheureuses opérations financières sur les marchés dérivés. Cette perte avait été ramenée à 765 millions de francs. Par la suite, il avait été muté à la direction du budget à Bercy avant de rejoindre la Française des jeux.

Sources