France : la création d'un ministère de l'Identité nationale provoque la controverse

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

19 mai 2007. – L'annonce par l'Élysée de la nommination d'un ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Codéveloppement, a provoqué la protestation immédiate de plusieurs universitaires.

Selon l'agence de presse Reuters, 8 universitaires, dont l'historien Patrick Weil[1], ont démissionné de la CNHI[2] lequel devait ouvrir ses portes cette année. Créée en 2005, la Cité est présidée par Jacques Toubon.

Selon les propos rapportés par cette agence de presse[3], les démissionnaires ont déclaré que cette instance « entend changer le regard de nos contemporains sur leur société en rappelant comment, depuis deux siècles, les étrangers, venus par vagues successives, ont contribué à développer, transformer et à enrichir la France (…) L'instauration d'un ministère de “l'immigration et de l'identité nationale” remet en cause ces objectifs. Les mots sont pour le politique des symboles et des armes (…) Or il n'est pas dans le rôle d'un État démocratique de définir l'identité. Associer “immigration” et “identité nationale” dans un ministère n'a jamais eu de précédent dans notre République. »

L'intéressé, aurait encore déclaré que le rapprochement, dans un seul ministère, de l'immigration avec l'identité nationale « s'inscrit dans la trame d'un discours stigmatisant l'immigration et dans la tradition d'un nationalisme fondé sur la méfiance et l'hostilité aux étrangers dans les moments de crise. »

Le débat sur l'identité nationale fut l'un des thêmes des principaux candidats à la Présidence de la République dont celui de l'actuel hôte de l'Élysée.

Notes

Voir aussi

Sources