France : conférence de l'institut pour la protection de la santé naturelle

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'institut pour la protection de la santé naturelle organise sa 4ème conférence à Paris.

Henri Joyeux, souriant

4 décembre 2012. – Pour sa quatrième conférence, l'Institut pour la protection de la santé naturelle (IPSN) a fait intervenir le professeur Henri Joyeux, cancérologue, chirurgien du cancer, chercheur et nutritionniste, dans une conférence sur le thème « Stress et Cancers ». Cette dernière a été suivie par près de 200 participants à la Cité internationale universitaire de Paris. Henri Joyeux estime que le stress[1] est une des causes de cancer, variables selon les localisations cancéreuses dans l'organisme (sein, prostate, tube digestif, lymphomes parmi les plus fréquents).

Rappel historique[modifier | modifier le wikicode]

Bien que 75 % des Français se soignent occasionnellement avec des médecines naturelles, une directive européenne (THMPD) menace l'existence des herboristes et la filière des plantes. Initiée par Augustin de Livois, une pétition est lancée en mars 2011 par un collectif de citoyens qui a réuni 1,4 million de signatures en un mois[2]. En réaction, la conférence internationale du 21 juin 2011 est organisée par le parlement européen et présidée par Michèle Rivasi. La commission européenne demande des propositions : l'IPSN est créé à Bruxelles en juillet 2011 pour représenter les professionnels comme les patients auprès des pouvoirs publics français et européens.

Photos de l'événement[modifier | modifier le wikicode]

Augustin de Livois, président de l'Institut pour la Protection de la Santé Naturelle (IPSN) à la Cité internationale universitaire de Paris.
Augustin de Livois, président de l' Institut pour la Protection de la Santé Naturelle (IPSN).
Source : Daniel Rodet.


Vue du public à la 4ème conférence de l'Institut pour la Protection de la Santé Naturelle (IPSN) à la Cité internationale universitaire de Paris
Vue du public de la 4ème conférence de l'IPSN à la Cité internationale universitaire de Paris.
Source : Daniel Rodet.


Henri Joyeux (en premier plan) et Jean-Claude Rodet (en arrière plan) à l' Institut pour la Protection de la Santé Naturelle (IPSN) à la Cité internationale universitaire de Paris
Henri Joyeux (en premier plan) et Jean-Claude Rodet (en arrière plan).
Source : Daniel Rodet.


Synthèse de la conférence[modifier | modifier le wikicode]

Commençant par rappeler que 365 000 nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués par an en France, Henri Joyeux a évoqué le risque de récidive variable selon l'organe touché de 3, 5, 10 ou 27 ans.

Sur la base d'une dizaine d'études scientifiques menées depuis les années 2000, il a souligné que 90 % des cas de cancer ont des causes connues, souvent liées au stress[3] : l'origine du cancer est généralement le tabac, l'alcool, le cannabis[4], les antidépresseurs-anxiolytiques-somnifères[5], les pollutions environnementales[6], les hormones étrangères à notre corps[7], la consommation excessive de sucre ou d'aspartame dans les sodas et l'huile de palme notamment dans le Nutella.

Par ailleurs, il a évoqué le « cancer dormant », éveillé par un stress intense vécu 1 ou 2 ans avant l'identification clinique du cancer : l'angoisse liée au stress se manifeste souvent par des comportements anarchiques quasiment comme des réflexes mal contrôlés avec l'alimentation (anorexie, boulimie, malbouffe), l'argent (endettement, consommation), l'amour (émotion, passion, compulsion et comportements sexuels à risque, vers le Sida ou le cancer du col utérin).

Ensuite, il a rappelé qu'un des premiers signes de l'Alzheimer est l'anosmie, c'est à dire la perte progressive de l'odorat. Cette maladie est considérée en plus des susceptibilités génétiques comme une affection auto-immune où le stress et les mauvaises habitudes alimentaires vont de pair.

Au delà des risques liés à la consommation intensive de gluten, Henri Joyeux a évoqué un rapport initialement « confidentiel » de l'Anses[8] montrant que les risques de cancer augmentaient de 25 à 30 % lorsque le patient consomme des produits laitiers de vache de manière excessive. Ce risque est très probablement lié aux facteurs de croissance présents dans les produits laitiers traités à Ultra Haute Température (UHT) pour 98 % des 24 milliards de litres de laits collectés chaque année en France.

Il a également rappelé que la transpiration liée au sport est le meilleur moyen d'évacuer les pollutions, en précisant que « Chacun devrait transpirer au moins deux fois par semaine, par une activité de 2 fois 30 minutes au minimum à chaque fois ».

En tant que président de l'association Familles de France, Henri Joyeux s'alarme du nombre croissant de femmes en situation de monoparentalité, souvent avec des enfants jeunes, « qui vivent dans des conditions extrêmement stressantes, augmentant nettement les risques de maladies graves ». Outre des retards au diagnostic et des traitements mal suivis, il constate la mauvaise prise en charge de leur santé.

Quelques pointes d'humour caustique[modifier | modifier le wikicode]

Avec un humour pince-sans-rire, Henri Joyeux a préconisé les points suivants pour protéger la santé naturelle des « cons-sommateurs » :

  • ne pas regarder la télévision 3 heures 45 par jour[9], « sauf si l'on souhaite avoir l'Alzeihmer » ;
  • consommer un yaourt « qui donne la peau douce, juste la veille du départ vers l'Au-delà ».


Pour conclure, il a déclaré que « les patients ne doivent faire confiance qu'aux thérapeutes qui écoutent. Ils doivent répondre aux questions des patients, expliquer le pourquoi et le comment des causes des maladies et formuler les propositions thérapeutiques adaptées à chaque cas. Pour toutes ces raisons, la médecine moderne ne doit pas avoir peur d'intégrer les médecines complémentaires des homéopathes, et même des naturopathes qui peuvent être d'une grande efficacité, pour mieux tolérer les traitements reconnus comme nécessaires face au cancer ».

Notes

Sources[modifier | modifier le wikicode]


Wikinews
Cet article contient des éléments de journalisme de première main rédigé par un membre de Wikinews (voir la page de discussion pour plus de détails).
Ces articles peuvent être traduits en utilisant le Réseau de Traduction des Sources Primaires (WORTNET).