France : bras de fer entre les agences de presse et le Festival de Cannes

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fichier:Cannes festival palace 2007.jpg
Les marches du Palais du Festival.

14 avril 2010. – Les agences de presse ont engagé un bras de fer avec le Festival de Cannes. Ce dernier a décidé de restreindre les droits audiovisuels durant la durée de l'événement. Ceux-ci seront soumis au paiement des droits au même titre qu'une compétition sportive. Ils concerneront notamment les images prises lors de la montée des marches et pendant les conférences de presse.

Ceci a provoqué une levée de bouclier parmi les agences de presses, qui estiment qu'il s'agit d'une restriction de leur devoir d'information du public. D'ores et déjà, les agences Reuters et AP ont annoncé qu'elles « boycotteraient totalement la manifestation (en texte, photo et vidéo) au cas où aucun accord ne serait trouvé », annonce Express.be.

Selon l'AFP, « ces restrictions résultent d'accords signés par les organisateurs avec la chaîne cryptée Canal+ et la filiale de télévision payante d'Orange concernant une couverture vidéo exclusive de la montée des marches et d'autres événements officiels ».

Deux missives ont été adressées aux organisateurs du festival en février et ce mois-ci. Ces restrictions « réduiraient sensiblement leur capacité à fournir à leurs abonnés une couverture audiovisuelle convenable des événements publics du Festival ». Christine Buhagiar, responsable de l'AFPTV, dénonce une situation « très grave parce que de très nombreux pays, dont les chaînes de télévision n'ont pas les moyens d'aller à Cannes, ne verront plus le Festival ».

« De nombreux cinéastes, acteurs, producteurs qui n'appartiennent pas aux studios les plus prestigieux passeront totalement inaperçus à Cannes si les agences ne sont pas là. Qui a repris nos vidéos de Cannes toutes ces dernières années ? Des télévisions et sites Internet en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie, en Amérique latine. Veut-on priver tous ces publics de Cannes ? », a-t-elle ajouté.

Le site Nation Presse Info, proche du Front national, dénonce aussi : « À force de commercialiser tout et n'importe quoi, pourvu que le fric soit roi, au lieu d'innover, eh bien, la liberté d'informer, d'expression se réduit de jour en jour au point où un jour nous ne pourrons même plus aborder le moindre sujet… redevable de royalties… »

Des conflits similaires ont éclaté naguère lors du déroulement des compétitions sportives. Tel fut le cas lors du bras de fer entre la presse et l'IRB[1] lors de la dernière coupe du monde de rugby, en 2007.

Notes

Voir aussi

Sources