France : Rocard et Kouchner prônent une alliance entre PS et UDF

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikinews France regional with colours.svg
Voir aussi


Wikipédia

15 avril 2007. – C'est au lendemain de l'appel lancé par l'ancien Premier Ministre socialiste Michel Rocard à une alliance entre le Parti socialiste et l'UDF dès avant le premier tour de l'élection présidentielle en cours qu'une autre figure du parti, l'ancien ministre Bernard Kouchner[1] a à son tour lancé un appel à l'union dans l'édition de ce jour du Journal du Dimanche. « Pour la première fois depuis 30 ans le parti de François Bayrou[2] ne récuse pas la gauche réformatrice. Saisissons cette chance. » a-t-il écrit dans cette tribune où il propose l'« alliance » entre une « une gauche social-démocrate rénovée » et le « centre rénové ».
Une initiative conjointe qui ne semble pas vraiment être du goût de tous les dirigeants socialistes, et en premier lieu de Ségolène Royal. « L'élection présidentielle n'est pas une combinaison d'alliances entre des candidats ou des formations politiques » a-t-elle ainsi répondu au JDD. Laurent Fabius, autre ancien Premier ministre, estime quant à lui qu'« il n'est pas question que le PS s'allie avec l'UDF, formation de droite dont les choix politiques sont contraires aux nôtres ». François Hollande, Premier secrétaire du Parti socialiste, a lui aussi estimé qu'une telle proposition n'était pas d'actualité, pensant même que de nombreuses personnes ayant eu l'intention de voter François Bayrou se prononceront plutôt en faveur de Ségolène Royal lors du premier tour. Ces remarques ont fait déplorer à Michel Rocard l'« inertie dans le parti »
Dans le camp de l'UMP, on indique par la voix des porte-parole de Nicolas Sarkozy[3], Rachida Dati et Xavier Bertrand, que « désormais les choses sont claires: François Bayrou se situe bien à gauche ».
Quant au principal concerné, François Bayrou, il s'est déclaré lors d'une réunion à Nantes « très interessé » par cette proposition : « c'est une démarche réformatrice, qui porte un grand espoir de rassemblement au-delà des clivages ».

Notes

Sources