France : Fête de la fraternité, deuxième édition

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ségolène Royal et Najat Belkacem durant la Fête de la fraternité.

20 septembre 2009. – Dans le domaine de Grammont à Montpellier en France, l'association/parti politique, Désirs d'avenir, où sa présidente Ségolène Royal a tenu sa deuxième Fête de la fraternité.

À l'ordre du jour, de nombreux débats, dont un sur l'éducation et un autre sur la fraternité, en présence de militants venus de toute la France, d'Algérie et de Belgique[1].

Lors de la conférence sur l'Éducation, Université populaire participative sur l'éducation, Dominique Bertinotti avait « un rêve », que tout « enfant qui vienne au monde (...) reçoive de notre société une réelle égalité des chances ».

En clôture de ce débat, la socialiste Ségolène Royal est arrivée, attendue par plus de 80 médias[2] et le public présent.

C'est alors qu'a commencé la prise de parole sur la fraternité avec des personnalités politiques, Najat Belkacem, ou encore Guillaume Garot, la journaliste cinéaste Marie-Monique Robin, plus connue pour son film Le Monde selon Monsanto et le poète Daniel Maximim.

C'est Royal qui, pour clore la journée, a prononcé un discours devant un parterre de près de 3000[2] partisans déjà conquis lançant des « Ségolène » avant son arrivée.

On observe un changement radical dans la communication par rapport à la 1re Fête de la fraternité, où elle était apparue sans pupitre, libre dans ces mouvements, ce qui contraste avec cette deuxième édition, où elle utilise un cadre sobre et répondant au type du meeting politique plus classique.

Un militant nous a confié, à propos des triches supposées lors de l'élection du premier secrétaire du Parti Socialiste, qu'il « aurait espéré que ce soit Martine Aubry qui soit honnête » et qu'après tout « il faut que ça s'arrête ».

À de nombreuses reprises, par différents militants, intervenants, on affirmait que leur « adversaire c'est Sarkozy pas le PS ».

Notes

Sources


Wikinews
Cet article contient des éléments de journalisme de première main rédigé par un membre de Wikinews (voir la page de discussion pour plus de détails).
Ces articles peuvent être traduits en utilisant le Réseau de Traduction des Sources Primaires (WORTNET).



Commons Wikimedia Commons possède des documents sur : France : Fête de la fraternité, deuxième édition.