France : 13e édition du salon Actionaria

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Logo illustrant les nouveaux entrants dans le marché des changes que sont l'euro et le yuan

21 novembre 2010. – Le salon de la bourse et des produits financiers s'est tenu les vendredi 19 et samedi 20 novembre 2010 au palais des congrès de Paris. Actionaria a regroupé 120 exposants, 35 000 visiteurs et 50 interventions de présidents de sociétés cotées.

Pour sa 13e édition, Actionaria a commandité une étude à OpinionWay auprès de 1 200 français âgés de 25 à 49 ans en octobre 2009 : il en ressort que le produit « action » est perçue comme une solution peu présente à l'esprit de la cible pour répondre à ses objectifs patrimoniaux ; il suscite un imaginaire avant tout anxiogène autour de la notion de risque. Depuis sa création, le salon développe des programmes pédagogiques pour réconcilier les français avec la bourse. Dans le cadre du Midcaps Forum, Actionaria a lancé une animation pour les investisseurs individuels qui ont des réticences à opter pour les valeurs moyennes.

À l'occasion du salon Actionaria, un autre sondage auprès des membres du site lerevenu.com mené en partenariat avec TBWA[1] souligne l'importance de la gouvernance et du comportement des dirigeants : 77,4% des sondés estiment que les actionnaires ne sont pas suffisamment écoutés ; seulement 26,2% d'entre eux estiment que le message des entreprises est conforme à la réalité et 24,6% jugent la prise de parole des dirigeants des sociétés cotées suffisante. Par ordre décroissant, les cinq dirigeants préférés des actionnaires français sont Louis Gallois, Bernard Arnault, Christophe de Margerie, Benoît Potier et Carlos Ghosn[2].

Notes

  1. 1 192 réponses validées sur un échantillon de 28 423 membres, dont le tiers détient un portefeuille supérieur à 100 000 euros.
  2. Sondage : les 20 dirigeants préférés des actionnaires, Romain Dion, www.lerevenu.com, n°1099, semaine du 19 au 25 novembre 2010, page 4.

Sources