Football : la candidature conjointe de la Pologne et de l'Ukraine est retenue pour l'Euro 2012

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Drapeau de la Pologne
Drapeau de l'Ukraine

18 avril 2007. – Le Championnat d'Europe de football (appelé Euro) est une compétition continentale réunissant toutes les nations européennes (sous l'égide de l'UEFA), ayant lieu tous les quatre ans dont la phase finale se déroule dans un lieu donné. Les qualifiés pour cette phase finale doivent passer par l'épreuve d'éliminatoires (à l'exception des pays organisateurs qui sont qualifiés d'office). Après la Coupe du monde, il s'agit de la compétition la plus importante pour les nations européennes.

L'UEFA compte 53 membres (donc 53 équipes), ce nombre n'a cessé d'augmenter depuis la chute l'ex-URSS (où bon nombre de nouvelles fédérations ont vu le jour : Ukraine, Moldavie, Géorgie, Estonie, Lettonie, Lituanie ...) et l'éclatement de l'ex-Yougoslavie (Croatie, Serbie, Slovénie, Monténégro, Bosnie-Herzégovine...) rendant ainsi cette compétition plus difficile à remporter. Deuxième conséquence de cette évolution et la volonté de ces nouveaux pays d'organiser la phase finale d'un tel événement qui offre une fenêtre médiatique des plus importantes et permet à ses organisateurs de développer leurs structures sportives, leurs transports, leurs économies, leurs tourismes etc. et constitue par la même occasion une volonté politique. Ce phénomène a pris de l'ampleur grâce à la possibilité de retransmettre cette compétition à travers l'Europe, ayant pour conséquence d'augmenter les droits télévisuels, de mettre en place tout un attirail de produits dérivés entre autres et ainsi de permettre de rentabiliser l'événement dont la mise en place est coûteuse.

Deuxième évolution importante de cette compétition est le fait que si cette dernière est organisée conjointement par deux pays, cela constitue une véritable succès. La première tentative en ce sens se déroula en 2000 en Belgique et aux Pays-Bas (qui verra la victoire finale de la France) et permit de faire taire toutes les critiques sur le fait qu'elle soit organisée par deux pays en raison de son énorme réussite sur son organisation et sur les relations entre les deux nations, autre exemple fut montré par la FIFA qui organisa la Coupe du monde de 2002 avec la Corée du Sud et le Japon et enfin l'année prochaine l'Euro 2008 aura lieu en Suisse et en Autriche. Dans l'optique de l'Euro 2012, trois candidatures furent déposées et deux d'entre elles furent concernées par la co-organisation de l'événement : d'un côté la candidature Pologne-Ukraine et de l'autre la Croatie-Hongrie, la troisième concerné l'Italie.

Alors que les rumeurs prédisées une victoire de la candidature de l'Italie (forte de son récent titre de championne du monde en 2006), les membres du comité de l'UEFA décida finalement de confier l'événement à la Pologne et à l'Ukraine, et cela pour diverses raisons. En effet ce sera la première fois que ces deux pays organiseront un événement de tel ampleur, malgré les nombreux problèmes qui touchent le football polonais (corruption notamment), cela montre la volonté de l'UEFA de permettre à tous de connaître un développement et une main tendue vers les pays de l'Est qui longtemps furent éloignés pour accueillir une phase finale (1976 avec la Yougoslavie), d'autre part la candidature italienne qui semblait pourtant la plus solide fut remise en question depuis les nombreuses affaires de corruption qui touchèrent le football italien et notamment les arrangements entre clubs et l'arbitrage (affaire des matches truqués du Calcio) et les nombreuses histoires de racisme dans les stades de football (où les joueurs de couleur sont pris à partie par les supporters), enfin la candidature Croatie-Hongrie ne représentaient pas les mêmes garanties financières que le dossier polono-ukrainien.

Cette décision de confier l'organisation de l'Euro 2012 fut décidée le 18 avril 2007 par l'intermédiaire du président de l'UEFA Michel Platini.

Sources