Dossier:Apollo 11

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dossier
Apollo 11
Actualiser la page Actualiser la page

Il y a 40 ans, la fusée Saturn 5 et son équipage, Neil Armstrong, Buzz Aldrin, Michael Collins, décollaient du centre spatial Kennedy en Floride. À bord de la plus grosse fusée jamais construite, ils s'envolent pour la première mission habitée à destination du sol lunaire.

Les balbutiements du programme Apollo[modifier le wikicode]

Nous sommes au milieu des années 50. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, les deux « grands » (l'URSS et les États-Unis) annoncent qu'ils placeront en orbite le premier satellite artificiel : la course à l'espace commence !

Photographie 1 : le lanceur soviétique Semiorka.

Du côté soviétique, Sergueï Korolev travaille sur le missile Semiorka (photo 1). Il réussi à convaincre ses supérieurs... de remplacer la charge explosive de son missile par un satellite, afin de le placer en orbite.

Du côté américain, Wernher von Braun dirige le programme Vanguard. Les premiers vols de la fusée, sans satellite, sont un succès.

Le 4 octobre 1957, l'URSS met en orbite son premier satellite : Spoutnik. C'est la surprise générale, et un coup dur pour les Américains, pourtant certains de leur avancée technologique.

Photographie : explosion de Vanguard TV3, deux secondes après la mise à feu.

Le 6 décembre 1957, peu après son décollage, la fusée Vanguard censée mettre en orbite le premier satellite américain, d'un poids de 1,36 kg, explose sur son pas de tir... Le tout retransmis en direct à la télévision ! Cet échec lui vaudra le surnom peu flateur de flopnik. C'est finalement la mission Vanguard TV4, qui, le 17 mars 1958, mettra en orbite Vanguard 1.

Photographie : Vanguard 1, le plus vieux satellite encore en orbite.

Dwight D. Eisenhower, bien que peu favorable au programme spatial, décide de créer le 29 juillet 1958 la NASA, l'agence spatiale américaine. Cette dernière créera le programme Mercury, chargé des premiers vols habités en orbite.

Pendant ce temps, les Soviétiques multiplient les exploits : premier être vivant en orbite, première photographie de la face cachée de la Lune, premier retour d'un être vivant sur Terre après être allé en orbite...

Les Américains semblent loin derrière les Russes. Sont-ils déjà « hors jeu » de la course à l'espace ?

Nouvelle surprise : le 12 avril 1961, Youri Gagarine, un Soviétique, devient le premier humain en orbite autour de la Terre. Quelques semaines après, le 5 mai 1961, Alan Shepard du programme Mercury va dans l'espace. Le vol sub-orbital ne dura qu'un quart d'heure, mais il permit aux Américains de se rattraper vis-à-vis du programme spatial russe.

Enthousiasmé par l'exploration spatiale, et par la réussite du premier vol Mercury, le président John F. Kennedy déclare le 25 mai 1961 devant le congrès :

«  Finally, if we are to win the battle that is now going on around the world between freedom and tyranny, the dramatic achievements in space which occurred in recent weeks should have made clear to us all, as did the Sputnik in 1957, the impact of this adventure on the minds of men everywhere, who are attempting to make a determination of which road they should take. Since early in my term, our efforts in space have been under review. With the advice of the Vice President, who is Chairman of the National Space Council, we have examined where we are strong and where we are not, where we may succeed and where we may not. Now it is time to take longer strides--time for a great new American enterprise--time for this nation to take a clearly leading role in space achievement, which in many ways may hold the key to our future on earth.

I believe we possess all the resources and talents necessary. But the facts of the matter are that we have never made the national decisions or marshalled the national resources required for such leadership. We have never specified long-range goals on an urgent time schedule, or managed our resources and our time so as to insure their fulfillment.

Recognizing the head start obtained by the Soviets with their large rocket engines, which gives them many months of leadtime, and recognizing the likelihood that they will exploit this lead for some time to come in still more impressive successes, we nevertheless are required to make new efforts on our own. For while we cannot guarantee that we shall one day be first, we can guarantee that any failure to make this effort will make us last. We take an additional risk by making it in full view of the world, but as shown by the feat of astronaut Shepard, this very risk enhances our stature when we are successful. But this is not merely a race. Space is open to us now; and our eagerness to share its meaning is not governed by the efforts of others. We go into space because whatever mankind must undertake, free men must fully share.

I therefore ask the Congress, above and beyond the increases I have earlier requested for space activities, to provide the funds which are needed to meet the following national goals:

First, I believe that this nation should commit itself to achieving the goal, before this decade is out, of landing a man on the moon and returning him safely to the earth. No single space project in this period will be more impressive to mankind, or more important for the long-range exploration of space; and none will be so difficult or expensive to accomplish. We propose to accelerate the development of the appropriate lunar space craft. We propose to develop alternate liquid and solid fuel boosters, much larger than any now being developed, until certain which is superior. We propose additional funds for other engine development and for unmanned explorations--explorations which are particularly important for one purpose which this nation will never overlook: the survival of the man who first makes this daring flight. But in a very real sense, it will not be one man going to the moon--if we make this judgment affirmatively, it will be an entire nation. For all of us must work to put him there.

Secondly, an additional 23 million dollars, together with 7 million dollars already available, will accelerate development of the Rover nuclear rocket. This gives promise of some day providing a means for even more exciting and ambitious exploration of space, perhaps beyond the moon, perhaps to the very end of the solar system itself.

Third, an additional 50 million dollars will make the most of our present leadership, by accelerating the use of space satellites for world-wide communications.

Fourth, an additional 75 million dollars--of which 53 million dollars is for the Weather Bureau--will help give us at the earliest possible time a satellite system for world-wide weather observation.

Let it be clear--and this is a judgment which the Members of the Congress must finally make--let it be clear that I am asking the Congress and the country to accept a firm commitment to a new course of action, a course which will last for many years and carry very heavy costs: 531 million dollars in fiscal '62--an estimated seven to nine billion dollars additional over the next five years. If we are to go only half way, or reduce our sights in the face of difficulty, in my judgment it would be better not to go at all.

Now this is a choice which this country must make, and I am confident that under the leadership of the Space Committees of the Congress, and the Appropriating Committees, that you will consider the matter carefully.

It is a most important decision that we make as a nation. But all of you have lived through the last four years and have seen the significance of space and the adventures in space, and no one can predict with certainty what the ultimate meaning will be of mastery of space.

I believe we should go to the moon. But I think every citizen of this country as well as the Members of the Congress should consider the matter carefully in making their judgment, to which we have given attention over many weeks and months, because it is a heavy burden, and there is no sense in agreeing or desiring that the United States take an affirmative position in outer space, unless we are prepared to do the work and bear the burdens to make it successful. If we are not, we should decide today and this year.

This decision demands a major national commitment of scientific and technical manpower, materiel and facilities, and the possibility of their diversion from other important activities where they are already thinly spread. It means a degree of dedication, organization and discipline which have not always characterized our research and development efforts. It means we cannot afford undue work stoppages, inflated costs of material or talent, wasteful interagency rivalries, or a high turnover of key personnel.

New objectives and new money cannot solve these problems. They could in fact, aggravate them further--unless every scientist, every engineer, every serviceman, every technician, contractor, and civil servant gives his personal pledge that this nation will move forward, with the full speed of freedom, in the exciting adventure of space.[1] »

Ce discours annonce le lancement du programme Apollo, qui doit emmener des Hommes à la surface de la Lune d'ici à la fin de la décennie. Ce « pari lunaire » plus que risqué pour le président (puisque les USA se limitaient à l'époque à 15 minutes de vol habité en orbite) sera-t-il accompli ?

Les premières missions Apollo[modifier le wikicode]

Photographie : l'équipage d'Apollo 1.

Nous sommes le 27 janvier 1967. L'équipage de la mission Apollo 1, qui doit permettre de tester pendant 14 jours la capsule Apollo en orbite, s'entraîne en conditions réelles dans la capsule. L'entraînement est en plug-out, c'est-à-dire que les communications entre la capsule et le centre de contrôle ne se font que par radio. L'écoutille du vaisseau est fermée.

Dès le début de la simulation, des problèmes surgissent, comme une grande difficulté de communication (grésillements sur la radio), odeur acre, etc...

Sous le siège des astronautes, un court-circuit provoque un début d'incendie. La capsule étant pressurisée avec de l'oxygène pur sous pression, le feu enflamme rapidement toute la capsule. L'écoutille a une durée d'ouverture bien trop longue : près de deux minutes. En neuf secondes, le feu tue les 3 astronautes.

L'enquête montra de nombreuses erreurs, dues à l'empressement de la NASA d'aller sur la Lune. Pendant près de 21 mois, tout est revu de A à Z : la capsule, la fusée, mais aussi les nombreuses procédures.

« Je suis persuadé que nous aurions fini par nous casser la figure à plusieurs reprises avant d'arriver sur la Lune, peut-être même n'y serions-nous jamais arrivés s'il n'y avait pas eu Apollo 1. Nous sommes tombés sur un nid de vipères qui nous aurait donné bien du fil à retordre par la suite. Les problèmes auraient été traités petit à petit, sur plusieurs vols, en zigouillant plusieurs personnes au passage. L'incendie nous a obligés à arrêter tout le programme et à faire le grand nettoyage. »

Donald Slayton, chef des astronautes de la NASA

Cet incident provoqua une grande émotion parmis les équipes au sol, et aucun astronaute ne vola en 1967.

Une fois les équipements repensés, des vols d'essais eurent lieu, d'abord inhabités, puis habités. Il s'agit d'Apollo 4, 5, 6, 6, 8, 9 et 10.

Les tests sont concluants.

Apollo est prêt à aller marcher sur la Lune.

Saturn 5[modifier le wikicode]

Photographie : la fusée Saturn 5 décolle le 16 juillet 1969 du Kennedy Space Center.

Saturn 5 est la fusée qui doit emmener l'équipage d'Apollo 11 d'abord en orbite autour de la Terre, puis vers la Lune. Cette fusée, fabriquée en 13 exemplaire, et n'ayant jamais perdu sa charge utile, mesure 110,6 mètres et développe au décollage une poussée totale de 34 MégaNewtons.

Elle pèse 3038 tonnes, a un diamètre de 10,1 et peut ammener en orbite autour de la Lune une charge utile de 47 tonnes.

La mission et le matériel[modifier le wikicode]

L'équipage de la mission Apollo 11, avec de gauche à droite Neil Armstrong, Michael Collins et Buzz Aldrin.

Pour aller sur la Lune, un système de vaisseau spatial a été créé, combinant d'une part le module lunaire, chargé de se poser, et le module de service, qui lui restera en orbite.

Tout d'abord, la fusée Saturn 5 plaça en orbite terrestre l'équipage le 16 juillet 1969. Puis, après que le module lunaire (LEM, pour Lunar Excursion Module) et le module de service se furent amarrés, la trajectoire est changée afin d'arriver en orbite lunaire. Le module lunaire se sépare du module de service, dans lequel est resté Michael Collins.

A 102 h 45 du lancement, le LEM se pose sur la Lune. Puis, à 2 h 56 UTC, Neil Armstrong pose le premier son pied sur la surface lunaire.

« That's one small step for (a) man, one giant leap for mankind. »

« C'est un petit pas pour (un) homme, mais un pas de géant pour l'humanité. »

Lever de Terre depuis la Lune.

Buzz Aldrin viendra le rejoindre un quart d'heure après. Ensemble, ils installèrent un sismomètre et un réflecteur laser en aluminium destiné à calculer la distance Terre-Lune.

Après 2 h 31 de passés à la surface Lunaire, et parcouru 250 mètres, les astronautes rentrent dans le LEM. Ils décollent quelques heures plus tard, en direction du module de service.

Ils reviendront tous sains et saufs sur Terre dans la capsule de ré-entrée attachée au module de service.

L'avenir[modifier le wikicode]

Le futur module lunaire de la NASA.

Après Apollo 11, 6 autres missions se dirigèrent vers la Lune. Elles réussirent toutes, sauf Apollo 13, qui à cause d'une explosion dans un des réservoirs d'oxygène liquide dut rentrer sur Terre sans se poser.

La NASA projette aujourd'hui de retourner sur la Lune d'ici 2020, et d'y installer une base permanente, dans le cadre du Programme Constellation. Ce sera le retour d'humains sur un astre dont nous n'avons plus foulé le sol depuis 1972.

Galerie photographique[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Voir sur Wikipédia l'article
Apollo 11.
  1. http://www.thespacerace.com/documents/jfkspeech1.php


  • Page Espace de Wikinews Page « Espace » de Wikinews. L'actualité de l'espace et des lancements.