Des traces d'uranium découvertes sur la Lune

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

2 juillet 2009. – Des traces d'uranium naturel, l'élément le plus dense, ont été découvertes sur la Lune à la suite de l'analyse des données émises par la sonde japonaise Kaguya, lit-on dans un communiqué de l'Institut américain de Planétologie.

Les cartes réalisées par les précédentes missions des sondes Apollo et Lunar Prospector n'avaient permis de détecter qu'un nombre insignifiant d'éléments chimiques sur la surface lunaire.

Outre de l'uranium, le spectromètre gamma de la sonde nippone a permis de découvrir la présence de thorium, de potassium, d'oxygène, de magnésium, de silicium, de calcium, de titane et de fer sur le sol du satellite naturel de la Terre.

« Ce travail améliorera notre connaissance de la composition de la Lune, de son origine et de son évolution », fait remarquer un des auteurs de l'analyse des données émises par la sonde, Robert Reedy, de l'Institut de Planétologie.

La première sonde japonaise Kaguya, baptisée en l'honneur d'une princesse sélénite d'un conte japonais, a été placée sur l'orbite lunaire en octobre 2007. Dotée de deux sondes supplémentaires - Okina et Ouna ("vieil homme" et "vielle femme" en japonais ancien, personnages du même conte), elle a étudié les anomalies gravitationnelles et les activités volcaniques et a cartographié la surface lunaire.

Kaguya a également fourni des images de haute définition de cratères polaires n'ayant jamais vu la lumière du Soleil et susceptibles de contenir de la glace, nécessaire pour une future base permanente lunaire.

À la suite de sa mission, l'appareil a été précipité sur la surface lunaire le 11 juin dernier.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Des traces d'uranium découvertes sur la Lune (scientifiques) » datée du 30 juin 2009.

Sources