Des élections et des référendums en Birmanie

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Des moines protestant contre la junte militaire le 24 septembre 2007

9 février 2008. – À Rangoon, en Birmanie, la junte militaire au pouvoir a dévoilé samedi 9 février 2008 un calendrier d'élections et de référendums, censés ramener de la démocratie dans les institutions du pays. Une nouvelle constitution devrait être soumise au vote du peuple birman en mai 2008, avant que des élections, libres et multipartites n'aient lieu dans le courant de l'année 2010.

« Il convient de transformer l'administration militaire en un système administratif démocratique et civil, maintenant que des fondements solides ont été établis » selon le communiqué des militaires au pouvoir à Rangoon.

Le principal parti d'opposition, la Ligue Nationale pour la Démocratie (LND), s'est dit surpris, notamment à cause des récentes répressions qui ont suivi les manifestations des moines bouddhistes contre la junte. Ce parti a, dans un communiqué, rappelé qu'il était « encore trop tôt pour parler d'une élection », estimant que la junte anticipait les résultats du vote constitutionnel prévu pour mai. Des efforts sont fait par la junte, comme la nomination d'un officier de liaison entre la junte et le parti d'Aung San Suu Kyi. Cette dernière a fait savoir fin janvier qu'elle n'était pas satisfaite de ses contacts avec la junte depuis trois mois.

En 1990, un scrutin, que la LND avait remportée haut la main, avait eu lieu, mais il avait été ignoré par la junte. Les généraux birmans avaient toutefois rendu public en 2003 un programme de transition institutionnelle en vue d'insérer de la démocratie dans le système politique birman.

Sources