De violents affrontements se sont déroulés entre l'armée irakienne et les milices chiites

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les installations pétrolières de Bassorah (ici en juin 2007) sont menacées par les combats.

27 mars 2008. – Depuis deux jours, de violents affrontements opposent l'armée irakienne et les milices chiites dans le sud du pays et principalement dans la ville pétrolière de Bassorah où plus de 40 morts et 200 blessés, principalement des civils, ont été comptés, mais également le quartier de Sadr City à Bagdad et les villes de Kout, Diwaniyah et Hilla.

Quatre brigades dont une blindée venue de Bagdad et stationnant dans la région de Bassorah depuis décembre et les forces de polices locales, soit 16 700 militaires et policiers, appuyées logistiquement par les troupes des États-Unis d'Amérique, sont opposées à une partie de l'Armée du Mehdi forte au total d'environ 60 000 hommes du chef radical chiite Moqtada Sadr qui ont rompu la trêve unilatérale qu'il avait décidée en août 2007. Le Premier ministre Nouri al-Maliki, qui s'est rendu à Bassorah pour superviser personnellement l'offensive militaire, a lancé un ultimatum de 72 heures aux miliciens chiites pour qu'ils déposent les armes, faute de quoi « la loi sera appliquée » comme il l'a annoncé dans un communiqué. Un porte-parole du ministère de l'Intérieur a expliqué que cet ultimatum doit donner la possibilité à « ceux qui n'ont pas de sang sur les mains » de se rendre. Cette opération, baptisée la charge du chevalier, est un test pour le gouvernement de Nouri al-Maliki, au moment où les États-Unis d'Amérique pensent rapatrier 20 000 des 160 000 soldats engagés en Irak.

Le jeune chef religieux Moqtada Sadr a demandé, dans un communiqué lu par le chef du bureau politique du mouvement sadriste à Najaf, au Premier ministre de quitter Bassorah tout en désignant une délégation « pour résoudre la crise ». Dans le même communiqué, il annonce la tenue de différentes manifestations de protestation jeudi dans plusieurs villes du pays au cas où l'offensive des forces gouvernementales se poursuivrait.

Le commandement américain sur place a, pour sa part, appelé mercredi l'Iran à user de son influence pour faire cesser la résistance chiite. En effet, si la grande majorité des partis chiites locaux sont liés à l'Iran d’une façon ou d’une autre, l’Armée du Mehdi semble de plus en plus proche du régime iranien.

Sources