Coupe de l'UEFA : un mort en marge du match PSG-Hapoel Tel Aviv

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

25 novembre 2006. – Après la défaite du Paris Saint-Germain à domicile face à Hapoël Tel-Aviv (2 - 4), des incidents se sont produits à proximité du Parc des Princes. Un groupe de supporters parisiens du Kop de Boulogne s'en est pris à un supporter[1] d'origine juive.

C'est alors qu'un fonctionnaire de police, originaire de la Martinique, se serait interposé pour protéger le supporter de Tel Aviv contre une centaine du PSG. Il aurait été jeté à terre,insulté puis frappé au bas-ventre et à la tempe, le policier a fait usage de son arme de service. Un seul coup serait parti blessant grièvement un premier individu et tuant le second, Julien Quemener.

Les fonctionnaires de l'Inspection générale de la Police nationale[2], chargés de l'enquête, ont entendu le policier. Huit supporters du kop Boulogne ont été interpelés et cinq ont été poursuivis pour « injures racistes et antisémites. »

Nicolas Sarkozy, ministre de l'intérieur, a salué le sang-froid du fonctionnaire mis en cause. Selon le ministre, l'agent aurait excipé sa qualité de policier avant de faire feu en ne tirant qu'un seul coup. Ce dernier a été mis en examen pour « pour coups ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Seule l'autorité judiciaire est habilitée pour qualifier les faits de légitime défense.

En outre, le procureur de la République a affirmé que les supporters du Paris Saint-Germain impliqués dans les événements de la Porte de Saint-Cloud aurait crié: « Le Pen Président, en faisant des saluts nazis. » Le président du Front National a manifesté son indignation face à « la complicité de diffamation dont s’est rendu coupable le Procureur de la République de Paris, Jean-Claude Marin ». Jean-Marie Le Pen a indiqué que « Le Front National n’est impliqué en aucune manière, ni dans ces incidents, ni d’ailleurs dans ce que l’on appelle le "Kop de Boulogne." ». Il a averti qu'il « poursuivra en Justice toute tentative d’amalgame. »

Notes

  1. La Libre Belgique fait état de quatre supporters pris à partie.
  2. Ces fontionnaires sont surnommés les « bœufs carottes » par les policiers à cause de leur manière de « cuisiner » les agents.

Sources