Condoleezza Rice : les attentats de Bombay impliqueraient des structures informelles au Pakistan

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

8 décembre 2008. – Intervenant dimanche à la chaîne de télévision Fox, la secrétaire d'État américaine Condoleezza Rice a déclaré que, selon certaines données de l'administration des États-Unis, des structures officieuses basées au Pakistan seraient impliquées dans les attaques de Bombay (Mumbai).

Le 26 novembre au soir, des terroristes ont déclenché une série d'attentats dans sept quartiers de Mumbai - dans des hôtels, à la gare ferroviaire, près d'une salle de cinéma et à l'hôpital municipal - faisant 174 morts et des centaines de blessés. Les terroristes munis de fusils d'assaut et de grenades ont investi les hôtels de luxe Taj Mahal et Oberoi Trident situés dans le centre ville, prenant des touristes en otages après une série d'explosions à quelques minutes d'intervalle. Les attentats ont été revendiqués par le groupement jusqu'ici inconnu des « Moujahidine du Deccan ». L'opération de liquidation des terroristes a pris plus de deux jours.

« Nous estimons qu'il y a des preuves d'une certaine implication depuis le territoire pakistanais », a déclaré la chef de la diplomatie américaine.

Et de préciser qu'il s'agissait des structures officieuses opérant depuis le territoire pakistanais.

Selon Mme Rice, l'administration du George W. Bush a exhorté le gouvernement pakistanais à coopérer avec l'Inde trouver et punir les organisateurs des attentats de Mumbai.

« J'ai explicitement déclaré que des Américains avaient aussi péri dans ces attentats, et que les États-Unis s'attendaient à une coopération large et complète de la part du Pakistan », a poursuivi la diplomate.

« Les États-Unis attendent des démarches concrètes de la part du Pakistan », a conclu la secrétaire d'État américaine.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Attentats de Bombay: possible implication de structures officieuses au Pakistan (Rice) » datée du 7 décembre 2008.

Sources